Menu

Le culte de l’image (ou comment surpasser ce délire collectif)

Par une matinée des plus banales, tu consultes tes médias sociaux, une tasse de café à la main. Ton fil d’actualité te martèle la rétine de selfies et de photos de la vie « quotidienne » de tes nombreux contacts. Un blogue te propose ses trucs pour reproduire les looks les plus tendance. Une pub de faux cils te promet un regard d’un naturel un peu louche pour embellir tes œillades de séductrice. Une représentante zélée de thés amaigrissants t’envoie des messages aux deux jours pour que tu essaies ses nouvelles cochonneries, te faisant miroiter des espoirs de minceur éternelle. Tu continues de scroller, par habitude, t’apercevant à peine du sentiment de vide qui s’infiltre un peu plus profondément dans ton âme. C’est devenu comme une seconde nature. C’est une pression qui s’impose d’elle-même : l’obsession collective du « paraître ».

Société de névrosés

Il faudrait faire preuve d’une force mentale inébranlable pour ignorer cet assaut de messages subliminaux. Cela témoigne d’une débilité sociale envahissante, insidieuse et dangereuse pour la confiance en soi. Inévitablement, notre estime se met à dépendre de notre image publique, au détriment de notre vraie personnalité, que nous négligeons.

Que l’on se comprenne; il n’y a rien de mal en soi à aimer se maquiller ou partager de belles photos. Mais ça devient un problème lorsque tu prends quarante-six selfies d’affilée et une heure et demie pour choisir celui qui deviendra ta photo de profil. C’est également préoccupant si tu guettes incessamment les likes et les commentaires des autres, ou si tu compares ta vie avec celle d’autrui lorsque tu contemples ses photos. C’est assez alarmant si une sournoise lassitude persiste à t’habiter, qu’elle t’empêche de te connaître et de t’aimer.

Est-ce que tu constates l’ampleur de toute l’énergie dépensée à vouloir bien paraître? Tous ces efforts sont perdus, puisqu’ils ne nous alimentent jamais en retour. C’est de la surface, du superficiel. Un cercle vicieux qui nous condamne à être constamment insatisfaits de notre image. Or, il faut de la profondeur pour alimenter notre personnalité et notre confiance en soi. D’ailleurs, tu le sais comme moi, on se lasse vite d’un beau look ou d’un beau body si la personne qui l’arbore n’a rien à dire, qu’elle n’a pas d’opinions ni d’intérêts.

Et toi, est-ce que tu sais quoi dire lorsqu’on te demande de te décrire, de parler de toi, de ce que tu aimes, de ce qui te fait vibrer?

À trop vouloir bien paraître, on passe à côté de l’essentiel. Imagine un instant l’impact collectif si l’on consacrait la même énergie en temps et en argent à s’éduquer, à s’ouvrir au monde, à essayer de nouvelles expériences… Notre monde serait peuplé de génies.

Je pense qu’on est dû pour une révolution. Si nous changeons progressivement nos habitudes pour déconstruire cette obsession collective de l’image, nous pourrons assurément nous épanouir en tant que personne et en tant que société. Alors, ça te tente-tu?

Fais le ménage de tes médias sociaux

Les mises en scène égocentriques envahissent nos fils d’actualités. Personnellement, les photos quétaines de couples précédées d’une déclaration d’amour sirupeuse, ou encore les selfies pris avec le cellulaire dans le miroir, ça m’énerve. Il y a longtemps que j’ai cessé de suivre les personnes qui en abusent. Est-ce que tu te soucies vraiment du quotidien de tes huit cents amis Facebook? Élimine le superflu et tout ce qui t’amène à te dévaloriser et à t’apitoyer sur ton sort. Tu verras, un petit clean up, ça fait du bien.

Abonne-toi à des pages inspirantes

Bien utilisés, les médias sociaux deviennent une vraie mine d’or pour l’inspiration. Tu les trouveras beaucoup moins déprimants si tu suis des personnalités qui partagent autre chose que des photos avant/après de leurs sourcils au microblading. Tu sais, des choses comme des idées, des opinions. Lili Boisvert, Léa Clairmont-Dion et Marianna Mazza sont quelques exemples de personnalités très inspirantes qui véhiculent des messages prônant l’authenticité.

Accorde-toi du temps de qualité

Et puis, il n’y a pas que les réseaux sociaux dans la vie. D’abord, cette dernière passe beaucoup trop vite pour que tu gaspilles autant de temps à t’apitoyer devant le profil des autres. Utilise tes précieuses minutes pour créer, préparer des projets qui te tiennent à cœur, faire des activités qui te font du bien. Pour t’aider, fais une liste de tout ce qui te fait plaisir, même les choses les plus simples. Une fois écrites, ça te motivera à les réaliser.

Interroge-toi et n’hésite pas à te remettre en question

Je pense que nous gagnons tou.te. s à réviser notre rapport à l’image des autres et à celle que l’on projette. As-tu vraiment besoin de tout ce maquillage, de tous ces vêtements? Tout le temps que tu passes à soigner ton apparence, si tu le prenais pour faire autre chose? Pourquoi est-ce que le reflet des autres t’affecte autant, qu’il t’amène à te déprécier? Pourquoi te compares-tu à telle ou telle personne?

Nous devons nous remettre en question individuellement d’abord pour nous permettre de nous influencer collectivement et d’aspirer à une vie plus saine, riche et diversifiée.

Parce qu’une vie enrichissante surpasse la superficialité.

Parce que l’authenticité contribue à définir notre véritable identité.

Parce que, au bout du compte, nous sommes tellement plus qu’une image.

Sarah B Delisle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de