Menu

Le problème, c’est ma relation avec la bouffe

Je me suis réveillée un matin. Je me suis regardée dans le miroir, j’ai vu toutes ces cicatrices de prise de poids sur mon corps. Je me suis pesée sur la balance: 45 livres de plus. 1 an et demi. 18 mois. Comment se fait-il que je n’aie rien vu de tout ça aller? Pourquoi j’ai engraissé comme ça?

Ça m’a choquée. Je sais que je n’ai jamais eu le corps d’une top modèle, mais, LÀ, on est arrivé au pire. J’avais jamais vu ce chiffre-là sur la balance. J’me suis remise en question. J’ai compris que le problème, il passait surtout par ce qui se passe dans ma tête. Le problème, c’est ma relation avec la bouffe.

Pis toi, ces situations-là t’arrivent aussi?

1. Manger sur le pouce

La vie va vite, très vite. On a plusieurs occupations, chaque minute compte dans ta journée. T’arrives chez toi et il est déjà temps de repartir. Ta journée a été longue et éreintante, t’as faim, t’as pas envie de prendre une heure de ta soirée à te cuisiner un bon petit plat. Tu te dis « ok pour ce soir, je passe me chercher quelque chose de rapide ». Mais ces soirs-là se multiplient sans que tu les voies aller.

Le p’tit conseil du jour : prépare une plus grande quantité de temps en temps et congèle des portions pour ces jours-là où t’es pressé.e.

2. Manger en abondance

Je me suis rendu compte que je mange trop, comme si on me présentait toujours de la nourriture pour la première fois de toute mon existence. J’ai demandé à un ami nutritionniste de m’expliquer un peu pourquoi, sans m’en rendre compte, j’étais portée à manger autant, sans écouter mon corps qui me dit qu’il a assez mangé. Ce que m’expliquait mon nutrionniste, c’est qu’on est en quelque sorte programmé.e pour manger en présence de nourriture. Devant une abondance de nourriture, on aura envie de manger abondamment. Bien sûr, on ne réagit pas tous de la même façon. Certains perçoivent plus facilement les signaux de satiété. Il m’expliquait aussi que devant une variété d’aliments, on risque d’être porté.e à vouloir tout goûter. Alors là, je m’y reconnais bien, et toi?

Le p’tit conseil : Prends ton temps pour manger. Tu pourras mieux voir les signaux de ton corps, qui te dit que tu en as assez eu.

3. Manger ses émotions

Ah ben ça! Faut croire que j’ai eu mon lot d’émotions en une année! Je ne parle pas nécessairement d’émotions négatives, mais certaines personnes sont portées à manger selon leurs émotions. Te souviens-tu n’avoir eu rien à faire, avoir ressenti de l’ennui, et t’être mis.e. à grignoter tout ce que tu avais sous la main? Ou encore d’avoir vécu une peine qui ne pouvait être réconfortée qu’avec de la crème glacée ou du chocolat? Ou encore, de t’être senti.e. fatigué.e. et d’avoir cherché un petit boost d’énergie avec quelque chose de sucré?

Dans ces moments-là, des aliments riches et denses en énergie semblent tellement attrayants…! C’est correct d’en consommer une fois de temps en temps, mais il ne faut pas en abuser.

Le premier truc, c’est de commencer par se rendre compte de nos comportements et habitudes. Ensuite, il existe une multitude de recettes alléchantes et savoureuses que tu peux faire toi-même. Tu peux en trouver quelques-unes ici.

 

Source

Source informations: Didier Brassard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2021. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre