Menu

Ode aux enseignant.es

Aujourd’hui, j’ai envie de te parler de mon métier, un métier qui demande beaucoup de passion et de dévouement, celui d’enseignant.e. Il suscite beaucoup de débats, mon métier, et fait souvent l’objet de commentaires tels que: « Tu as tout l’été de vacances, t’es ben! » ou bien « Ayoye, tu travailles pas souvent toi, t’as toutes les pédagos de congé (faux, on travaille durant celles-ci), toutes les fins de semaine! ». Oui, mais…

Ce que les gens ne voient pas, c’est tout ce que ça implique d’être enseignant.e, surtout en début de carrière : tu es garroché.e dans le réseau public, un peu partout dans la commission scolaire, sur des contrats qui sont définitivement moins alléchants et un peu plus difficiles. Donc là, avec le peu d’expérience que tu as, tu fais ce que tu peux pour garder la tête hors de l’eau, alors qu’en réalité, t’as juste l’impression de couler à travers ta planification, tes piles de correction, tes plans d’intervention, tes formations, tes photocopies à envoyer, tes courriels à répondre et tes appels aux parents. Alors pour répondre aux commentaires sur le fait qu’on a l’été de vacances, j’aimerais dire que ce n’est qu’une mince consolation pour toutes les heures supplémentaires que nous mettons, afin que nos élèves aient le goût d’apprendre et le goût d’assister aux cours. Ces heures-là, elles ne sont pas payées à temps et demi, en fait, elles ne sont juste pas payées. C’est nous qui choisissons de les faire; par passion; par dévouement pour notre profession; par amour pour les élèves.

Être enseignant.e, c’est aussi dealer avec l’être humain. Chaque élève est unique. Chacun arrive avec un bagage différent. Ça peut arriver que t’aies à gérer autre chose que ta classe, comme par exemple le p’tit Tommy qui n’a pas déjeuner ce matin, ou encore Félix qui s’est battu à la récréation parce qu’il gère mal sa colère, ou bien Mélissa qui ne feel pas parce que ses parents se disputent constamment chez elle.

Être enseignant.e, c’est se coucher à minuit pour terminer ses corrections afin que les élèves aient leur résultat le lendemain. C’est se lever à 7h le dimanche pour monter un projet qui plaira aux élèves, qui les motivera à apprendre, qui leur fera aimer l’école.

Être enseignant.e, ça signifie aussi des nuits d’insomnie à repasser notre journée; ce qui a bien été, ce qui a moins bien été et ce qu’on pourrait faire pour s’améliorer afin de donner le maximum. C’est une constante remise en question. C’est ne pas dormir en pensant aux élèves qui vivent des périodes difficiles et qui nous inquiètent parfois.

Être enseignant.e, c’est plus qu’une job. C’est une vocation. C’est un engagement envers les générations futures. L’éducation, c’est le pilier d’une société. C’est ce qui forme chaque individu à contribuer à la société, à sa façon.

Être enseignant, c’est tout ça, mais c’est surtout un métier tellement valorisant!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2021. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre