Menu

5 jours d’itinérance

Il y a de cela quelques semaines, j’ai pu prendre part à une expérience hors du commun au campus auquel j’étudie. En effet, peut-être l’aurez-vous remarqué, du 11 au 16 mars 2018, des petits groupes d’étudiants de tous les programmes se rassemblaient simultanément sur différents campus universitaires canadiens pour adopter un mode de vie s’apparentant à celui d’une personne vivant une situation d’itinérance. Cette expérience avait pour but de sensibiliser la communauté étudiante ainsi que les participants à l’itinérance. Brièvement, à l’occasion de ses 5 jours, nous étions invités à dormir dehors, à quêter de la nourriture et des dons, à ne pas nous doucher et à nous départir de notre matériel électronique (réseau social et compagnie).

5 jours pour itinerance defi etudiants
Crédit photo : Samuel Tremblay-Perreault

Bien entendu, notre statut d’étudiant, novice en la matière, nous a quelque peu facilité l’expérience auprès de la communauté étudiante. Malgré cela, je l’avoue que ma semaine, je l’ai trouvée difficile. On a débuté notre première soirée à la recherche de palettes de bois et cartons pour nous bâtir notre lit pour la nuit. Dormir sur des planches de bois et du carton, en plus de la froideur du mois mars, c’est franchement inconfortable. Le lendemain matin, j’étais un peu chiffonnée par les courbatures et le peu d’heures de sommeil. C’est là que tout débutait : il nous fallait mendier pour notre nourriture.

dormir dehors 5 jours itinerance itinerant sleeping bag sac de couchage
Crédit photo : Sophie Lacroix

Étant caféinomane, pas question que je passe mon lundi sans une goutte de café. Je me suis donc aventurée au Pavillon central avec une collègue, itinérante elle aussi pour la semaine. Mon premier donateur fut un homme d’une trentaine d’années avec qui j’ai commencé à converser pour lui parler du 5 jours pour l’itinérance. Ce bon samaritain avait l’air bien intéressé à notre projet, si bien qu’il n’a pas paru offusqué quand je lui ai demandé bien maladroitement s’il n’avait pas envie de me payer un café. C’est donc avec la tête pleine de stratégies pour récolter de la nourriture que j’ai passé mon lundi, puis mon mardi. Avec le manque de sommeil et de nourriture, ma capacité à me concentrer était clairement altérée. J’ai trouvé ça difficile de voir que je dépendais un peu des autres sur mon alimentation, de devoir d’une certaine façon piler sur mon orgueil pour demander aux autres.

Pendant ces sessions de quête, j’ai été confrontée à plusieurs attitudes de la part des gens. Certains étaient heureux de prendre de leur temps pour en apprendre davantage sur la cause itinérante, d’autres nous ignoraient sur leur passage et finalement, il y en avait parfois même un peu qui passaient des commentaires inappropriés. Même si je savais que j’avais un chez-moi qui m’attendait au bout de la semaine, l’ignorance des autres me faisait mal.

Quêter pendant 5 jours, j’ai trouvé ça épuisant ; je n’imagine pas pendant un an, voire une dizaine d’années. Cette semaine m’a conscientisée au fait que l’itinérance n’est pas un choix pour personne et que se retrouver dans une telle situation peut arriver à n’importe qui. La personne que nous croisons dans la rue, c’est un père, une sœur, une tante, un ami, un enfant pour d’autres gens. Aujourd’hui, je suis chez moi, mais je ne peux m’empêcher de penser qu’il y a des gens qui coucheront dehors ce soir et pas moi. Continuez à donner aux organismes, à sourire aux gens dans la rue et à discuter avec eux! Déjà, vous ferez une différence.

5 jours itinerance laurie marquis etudiante
Crédit photo : Camille Péloquin

Voici un lien (ICI) pour vous inscrire comme bénévole au dénombrement ponctuel Tout le monde compte des personnes en situation d’itinérance. Celui-ci se déroulera dans 11 régions du Québec à partir du 24 avril 2018 et les jours suivants. Celui-ci servira d’outil permettant de comprendre plus en profondeur le phénomène et d’en voir l’ampleur sur le territoire québécois.

Source photo couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2018. Tous droits réservés
Une réalisation de