Menu

À tous nos « si seulement… »

À tous nos « si seulement… »

Cette semaine, j’avais envie de parler des regrets. On ne se le cachera pas : on en a tous. Quand je parle de regrets, je parle évidemment de cette amitié perdue, cet emploi parfait mis de côté, cette relation amoureuse houleuse, cette mauvaise note à un examen, etc.

Les regrets viennent nous habiter et nous angoisser, pour les pires raisons. On se demande toujours : « si seulement… », on est incapables d’en démordre. C’est quand même étrange, cette capacité du passé à constamment venir nous frapper de plein fouet. On est constamment hantés par ce qu’on a fait, ce qu’on a dit, les impacts que ça a eus et toutes les autres déclinaisons possibles.

Qui ne s’est jamais réveillé au beau milieu de la nuit pour penser à cette chose stupide et futile faite à l’école primaire? Pourquoi est-ce ci insidieux?

On a peur que les autres percent nos carapaces et découvrent qui on est, réellement. On refuse de se mettre à nu pour les raisons les plus absurdes, alors on a jamais l’impression de connecter avec personne, parce que personne nous connaît réellement à 100%.

Mais pourquoi? Après tout… une personne sans regret, c’est un peu comme une gomme sans saveur; ça manque de substance.

Ce que je veux vraiment prendre le temps de dire, cette semaine, c’est que c’est correct de ressentir du regret et d’avoir des remords. C’est totalement humain comme émotion et, ce n’est pas nécessaire de se sentir mal par rapport à ça et d’en avoir peur.

J’ai toujours été élevé dans la mentalité qu’il fallait accueillir ses défauts et ses erreurs et, au lieu de les cacher, travailler sur eux pour en faire des forces. Il ne faut pas voir ces accrocs comme des échecs, mais plutôt comme des étapes, avec l’idée très précise que rien n’arrive pour rien.

Alors, pourquoi ne pas les embrasser, comme de vieux amis, et vivre avec?

Source photo de couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre