Menu

Avec pas d’cash

Le cash. Le maudit cash.

Les chicanes de cash.

Le stress du cash.

C’est fou ce qu’on peut faire ou pire, ne pas faire, par peur de manquer de cash.

Garder une job dans laquelle on est obviously malheureux, parce qu’on gagne un tel salaire.

Accepter une promotion qui nous tente pas tant, pour faire plus d’argent, pour faire plus de poudre, pour travailler plus, pour faire plus d’argent, pour faire plus de poudre… (Vulgaires Machins revival!!!)

Ne pas prendre de risques.

Ne pas suivre ses vraies passions.

Ben… si ta vraie passion c’est la médecine, l’ingénierie, ou la gestion de multinationales, ça va bien! T’en en business!

Mais si ta vraie passion c’est le théâtre de marionnettes ou la poésie érotico-fantastique de zombies, c’est plus tough.

C’est souvent relégué du côté des loisirs, des hobbys.

Si t’as l’temps…

Peut-être quand tu vas prendre ta retraite…

Si tout va bien…

On verra…

Pis ça c’est dommage.

Toute passion devrait pouvoir être vécue au moment où on la ressent.

Au moment où elle nous kick gentiment dans les côtes.

Au moment où ça brûle en d’dans.

Mais l’appât du cash, ça freine.

J’dis ça, mais je fais pas la morale à personne. Je suis la première à avoir peur de manquer de cash.

J’ai toujours eu peur de manquer de cash.

Même quand je comprenais pas c’est quoi le cash.

Quand j’étais petite, je surveillais les dépenses de mes parents.

Ça devait être lourd sur un moyen temps!

Ils me l’ont jamais fait sentir, mais ils me trouvaient fort probablement très gossante!

Après un souper au resto, je demandais « ça a pas coûté trop cher hein? », le regard plein d’inquiétude.

Même quand on sortait du buffet chinois, genre.

Je voulais pas qu’ils dépensent trop d’argent pour moi.

(Ce qui prenait un peu l’bord quand venait l’temps de m’acheter des Polly pockets!)

Ils devaient se dire : ben voyons toé, t’as 7 ans. Tu peux pas te préoccuper déjà de ça à 7 ans!

T’as toute ta vie pour ça.

Faque j’suis devenue une petite adulte autonome et économe.

C’est pas que je suis cheap. Faut pas confondre.

(Voix de Marc Labrèche en Rénald) : JE NE SUIS PAS CHEAP!

J’pense pas. J’espère pas en tout cas.

J’adore offrir des choses aux gens que j’aime, leur faire plaisir. Mais surtout leur offrir du temps, de l’écoute, rendre service.

J’pense même que j’aime plus donner que recevoir (pis j’aime vraiment recevoir, c’est ben pour dire).

Mais j’ai pas mal toujours eu peur de manquer de cash.

En ce moment, alors que je cherche constamment et oscille entre différents contrats d’écriture, j’ai peur de manquer de cash.

Alors que j’ai des prêts étudiants à rembourser, j’ai peur de manquer de cash.

J’ai 32 ans, je crains de ne pas avoir assez d’acquis, assez de REER et j’ai peur de manquer de cash.

Je ne fais jamais de dépenses inutiles. Tout est calculé.

Je ne paierai jamais des tournées de shooters à des inconnus dans un bar par exemple. Pis sortir de là avec un bill de 200$, ça m’arrive pas ça.

Payer trop cher parce que je veux vraiment un iPhone X, ça non plus, c’est pas moi. J’ai le Samsung de marde (qui marche pu après 8 mois) gratuit avec le forfait pas cher.

J’ai un pincement quand je paye ma passe de métro 83$.

Pis je me limite à 12 transactions par mois, pour pas payer de frais bancaires chez Desjardins!

Ben oui! Je fais ça!

Un jour, j’aurai peut-être plein de cash.

Pis j’aurai peut-être pu peur d’en manquer.

Je souhaite ça à tout l’monde.

Qu’il n’y ait plus de gens outrageusement riches.

Tsé quand c’est indécent.

Mais qu’il n’y ait plus gens qui ont toujours peur de manquer de cash.

Source photo couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de