Menu

Tomber un ti-peu en amour en voyage

L’idée me trottait dans la tête depuis un moment.

Puis, par un jeudi soir ben gris (va chier, météo de Montréal), je me suis ramassée sur Google Flights. Cinq minutes plus tard et 500$ en moins dans mon compte en banque, le billet était acheté.

Je partais pour la Suède dans 5 jours.

Un périple spontané, qui s’est avéré rempli de beau sous toutes ses formes – du design épuré scandinave aux mâchoires découpées de chaque mâle suédois ayant croisé mon chemin.

Et un périple où mon cœur de pierre est un ti-peu tombé en amour. En moins de 24h.

Retour sur cette virgule, cet arrêt dans le temps, ce court chapitre qui a su dégourdir mon cœur écorché par le passé à coups de trous de cul passagers.

GENERATOR HOSTEL

L’aventure a commencé à l’auberge de jeunesse Generator Hostel, par un après-midi où les rayons de soleil caressaient ma joue à travers les géantes vitrines qui donnaient sur une rue achalandée de Stockholm. J’étais sous le charme de l’endroit : une décoration colorée et chaleureuse, des classiques de rap dans les haut-parleurs, et un succulent Kanelbullar – la traditionnelle brioche à la cannelle suédoise – sur ma table, prêt à être entamé de nouveau.

Puis, des voix. Des accents. Britanniques, à première écoute.

Vingt minutes plus tard, ces voix sont devenues des amis. D’autres jeunes voyageurs qui, tout comme moi, étaient amoureux des évasions sporadiques.

Et parmi ce groupuscule, une paire de yeux noisette. Une chevelure blonde aux reflets roux, une petite barbe mal rasée de quelques jours, des taches de rousseur agrémentant un visage rieur.

Malgré la présence de ses amis, je ne voyais que lui. Je m’abreuvais de nos échanges en tête-à-tête, même si nous étions entourés d’un brouhaha constant. Je sentais mes tripes se contracter chaque fois que sa fossette faisait surface. Quand il avait ce sourire en coin qui avait l’effet d’une massue sur mon aorte.

Ça me tiraillait du dedans. Je ne savais pas comment gérer les roues alignées qui se faisaient aller dans mon estomac.

Les heures ont passé. Les conversations sont devenues des plans d’aller souper en groupe. Le souper est devenu une virée dans un bar du coin. La virée est devenue un souvenir à tout jamais gravé en chacun de nous.

Puis, le retour à la réalité. Les bises de fin de soirée. Les souhaits de passer une bonne fin de voyage. Des remerciements sincères pour une soirée inattendue et haute en couleurs.

Et une accolade, me donnant l’effet d’une décharge électrique. Ses bras autour de moi, la chaleur de son corps, ses lèvres douces se déposant sur ma joue, son parfum corsé me chatouillant les narines. Et un poing dans le cœur en réalisant que je ne le reverrais sans doute plus jamais de ma vie.

suede stockholm

STOCKHOLM PUB CRAWL

Le lendemain, la journée file rapidement, alors que je déambule aux quatre coins de la ville en admirant au passage la beauté scandinave. Je me laisse bercer par le son de la rivière qui couraille entre les vieilles bâtisses pastel, je lève la tête vers le soleil tapant pour faire un bain de vitamine D.

Puis, je me rends au point de rencontre de la seule activité que je me suis réservée à l’avance dans ce périple coup de tête : le pub crawl officiel de Stockholm, ou la meilleure façon de se faire des amis à l’étranger.

C’est un heureux mélange d’âmes légères en quête d’aventures et d’histoires rocambolesques à chérir pour le reste de leurs jours. En quelques minutes, des liens sont tissés, des secrets racontés, des rires éclatés. Aux côtés de ces nouvelles amitiés forgées en moins de dix minutes, je me rends au premier bar de la soirée.

Et il est là.

Dans un coin, avec les mêmes amis de la veille, sirotant une bière locale. Il dégage une nonchalance déconcertante, et mon cœur manque de tomber tellement il bat fort.

C’est ma deuxième chance.

L’instinct embarque. Mes entrailles me crient que je dois faire quelque chose. Qu’une attraction indéniable existe entre nos deux êtres.

Les heures filent à ses côtés. Chaque minute passée se conjugue à un centimètre de moins entre nous. La nuit avance, et nos corps également, l’un vers l’autre. Le dos de sa main balaie mon bras à quelques reprises. Mes doigts se posent sur son épaule, toute chaude. Sa paume réchauffe le bas de mon dos. La tension monte.

Puis les lumières du dernier bar s’allument, clôturant de manière abrupte une nuit à se dévoiler, à rire, à cultiver le désir.

3h30 du matin. Au beau milieu de la rue déserte, une main qui agrippe mon bras, et qui attire mon corps vers le sien. Des lèvres qui se déposent doucement sur les miennes, des doigts qui s’entremêlent à ma crinière, la passion qui se sent au bout des babines.

Puis, pour les trois prochaines heures, deux jeunes cœurs qui se promènent main dans la main au cœur d’un Stockholm silencieux, où seuls les luminaires et le doux courant de la rivière sont témoins de ces deux sourires béats, de yeux étincelants, de confessions nocturnes, et de la naissance d’un amour innocent.

suede stockholm

Crédit photos : Geneviève Higgins-Desbiens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2022. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre