Menu

Ode à ces rencontres impromptues

Ces rencontres impromptues qui changent le cours des choses, qui font que le soleil ne se couchera plus jamais de la même manière, que le tonnerre ne fera plus jamais le même son.

Ode à ces rencontres impromptues.

Celles qui arrivent comme ça, sans que rien ne soit forcé. Celles qui ne durent qu’un instant, celles qui sont arrivées pour rester.

Ode à ces rencontres impromptues.

Celles qui nous font réfléchir par une phrase qu’on nous dit, celles qui nous font grandir par ce qu’on nous raconte. Les rencontres qui nous font rêver, les rencontres qui nous font pleurer.

Ode à ces rencontres impromptues.

Celles que l’on fait au travail, celles que l’on fait au détour, celles que l’on fait via des connaissances, celles que l’on fait par passion, celles que l’on fait à l’épicerie.

Ode à ces rencontres impromptues.

Ces rencontres qui font du bien. Celles qui nous prennent par la main et nous amènent avec elles, qui nous donnent leur épaule juste parce que. Ces rencontres qui arrivent au bon moment, quand on n’y croit plus vraiment et qu’on en a besoin plus que jamais.

Ode à ces rencontres impromptues.

Celles qui naissent d’un fou rire, et qui continueront d’y vivre. Ces rencontres qui vivent du bonheur de l’un et de l’autre. Ces amis que l’on se fait sans vraiment jamais s’être demandé comment ça a commencé. En riant, évidemment.

Ode à ces rencontres impromptues.

Celles qui arrivent tellement spontanément qu’un lien fort s’est installé sans que l’on n’ait pu se demander si l’on voulait réellement de quelqu’un dans sa vie. Celles qui font du bien sans se forcer, celles qui font de nous de meilleurs humains.

Ode à ces rencontres impromptues. À toutes celles qui nous font du bien, tellement de bien qu’elles pourraient facilement nous faire du mal. Ces rencontres qui finissent par prendre une place majeure dans nos vies, ces rencontres qui nous font nous demander comment on n’a pu s’en passer aussi longtemps. Ces rencontres qui arrivent, juste comme ça, et qui laisseraient un sacré vide si elles en venaient à se terminer.

Ode à la spontanéité des rencontres, ces rencontres qui modulent nos vies, qui régulent les vagues, qui en créent des petites, en apaisent des grandes.

Source photo de couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2018. Tous droits réservés
Une réalisation de