Menu

L’été, ton corps, le confort et toi

C’est le mois de mai, yéyé.
Qu’est-ce que ça veut dire?
Premièrement, c’est ma fête pendant tout le mois et je compte bien agir comme tel. Je vais agir comme une fêtée chaque petit jour parce que cette année, c’est mon année chanceuse.
Deuxièmement, il commence à faire chaud, avril est fini, ce qui veut dire qu’on a maintenant le droit de se découvrir d’un fil. Mieux que ça, on a le droit de se découvrir de mille fils, si on veut.

Le soleil sort de sa cachette, tout comme la peau qui veut l’imiter. Peu importe la circonférence de ta taille, peu importe ton genre, t’as le droit de te garder au frais cet été et de te sentir beau/belle. T’es bien en mini-short mais le monde de ton entourage fait des déjà des blagues sur ceux et celles qui osent montrer un petit pouce de peau de fesse? Ben, c’est toi qui les portes, beauté, pis t’as le droit de te sentir bien dans ton linge! Même si t’es ronde, même si t’es une maman, même si tu as au-dessus de 30 ans, même si t’es un gars, même si t’as des taches de vin sur les cuisses ou que tu portes une prothèse transtibiale. C’est pareil pour les crop-top, les camisoles à petites bretelles, les décolletés (Dieu sait qu’on sue de l’entre-sein, l’été, même quand on n’en a pas), les dos nus et les jupes.

C’est aussi ton choix si t’es bien dans les jupes longues, les cols roulés, les cotons ouatés, les jeans noirs pis les chapeaux parasoleil. Je suis la première à rêver d’une ombrelle à midi les 12 juillet. On le sait tous que les hijab font pas l’unanimité en général, encore moins en été, mais si tu le portes avec fierté et que tu te sens bien, personne ne devrait avoir son mot à dire sauf toi.

Autre belle chose qui se passe en mai : #MAIPOILS (https://www.maipoils.com/maipoils). L’événement MAIPOILS te demande de résister, ce mois-ci, à la tentation de tout raser/épiler. Pourquoi? Parce que justement, il fait de plus en plus chaud et on a le goût de se mettre en manches courtes. Souvent, le premier réflexe quand un rayon de soleil perce le ciel, c’est d’empoigner son rasoir et d’encourager la déforestation des corps.

 « Cacher ce poil que je ne saurais voir. »

Mais cet été, mon plus grand souhait d’anniversaire, c’est que ça change. Je vais souffler mes bougies en en faisant le vœu (mais dites pas que je vous l’ai dit). Je veux voir des filles avec du poil sur les jambes et les aisselles à la piscine quand je vais me baigner. Pis je le sais que c’est dur, je suis la première à dire haut et fort que je me rase pas, mais quand j’arrive à la Marina St-Roch avec mes copines, en été, je me sens tellement moche. Pourquoi? Parce que j’ai l’impression que je suis seule au monde. Je me suis jamais sentie aussi femme que depuis que je cultive mes poils comme un petit jardin d’amour. Pourtant, chaque été, je finis par passer sous la lame de la honte. J’ai envie de porter des shorts, même si j’ai les jambes poilues. J’ai envie de porter des camisoles sans avoir peur de lever les bras et qu’on me juge. J’ai envie de me baigner même si ma ligne de bikini est pas on fleek.

J’ai envie qu’on m’accepte comme je suis, en portant ce que je porte et je suis prête à vous accepter comme vous êtes, en portant ce que vous portez. On a besoin d’être solidaires. On a besoin de se défendre mutuellement contre les commentaires toxiques.

Je veux ça comme cadeau cette année, pour mon année chanceuse. Je veux l’amour de la diversité. Je veux la fin du slutshaming, du bodyshaming, des commentaires sexistes ou transphobiques. Je ne veux plus de commentaires sur les choix relatifs au corps des autres. C’est peut-être beaucoup demandé, mais vous ne pouvez pas me le refuser.

Tout le monde en bénéficie.

Pis c’est ma fête!

Source photo couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de