Menu

Notre pire ennemi : le plastique

Confidence : avant de faire mes recherches pour écrire sur le sujet, moi-même, j’ignorais à quel point le plastique est le matériau avec un des revers de la médaille les plus sombres. J’avais téléchargé, il y a un moment déjà, le documentaire A Plastic Ocean, réalisé en 2016 par Craig Leeson. Le titre est pas mal explicite, pis son contenu l’est encore plus. Je te laisse découvrir ça par toi-même, c’est sur Netflix, entouré d’autres documentaires dans la même branche, si jamais la Terre et les animaux, ça t’intéresse.

Je pense qu’on est tous pas mal au courant de la problématique. Le plastique, c’est mal. On a tous entendu parler de cette « île de plastique », on a tous vu au moins une vidéo de déchets sur la plage, on voit tous des légumes emballés inutilement partout à l’épicerie. Le but de cet article, ce n’est pas de rappeler à tout le monde le fait que la planète n’est pas au meilleur de sa forme. Le but, c’est juste de donner de l’information, un petit « pensez-y bien », pis de nous encourager mutuellement à réduire notre consommation de plastique, une paille à la fois.

réduire consommation plastique
Crédit photo : Fred Dufour, National Geographic

Petit fait intéressant par rapport au plastique

Des études estiment que le plastique prend de 400 à 1000 ans à se dégrader, mais comme le premier plastique créé en grande quantité a fait son apparition en 1862, c’est impossible de déterminer exactement combien de temps ça prend réellement avant que cette matière se décompose complètement. Ça veut aussi dire que sous une forme ou une autre, tout le plastique qui a été créé depuis 1862 existe, à quelque part dans le monde. C’est quand même fou, de penser que l’un des matériaux les plus durables sur la planète est utilisé pour emballer des aliments à usage unique, puis finit ensuite dans notre poubelle. Ceci dit, voici quelques trucs, pour réduire ton empreinte de plastique sur la planète.

Abandonner les objets à usage uniques

Les sacs d’épiceries en plastique sont une des composantes les plus fréquemment retrouvées dans les cours d’eau et les océans, tout comme les bouteilles d’eau, les briquets, et les pailles. Ce sont tous des objets à usage uniques qui, souvent, ne sont pas recyclables. La solution simple pour ça, c’est d’investir pour des produits réutilisables. Des sacs en coton ou en chanvre remplacent facilement les sacs à produits frais ou les sacs d’épicerie. Une bouteille d’eau en métal, c’est peu dispendieux et durable! Un briquet qu’on peut remplir, une paille et des ustensiles en métal ou en bambou lavable, un stylo rqu’on peut remplir, une efface biodégradable; la liste s’étend. Certes, ça coûte peut-être plus cher en premier lieu, mais une fois acheté, c’est gratuit, et ce, pendant des années.

réduire consommation plastique
@sanpotina.gr sur Instagram

Éviter les microbilles et les microfibres

Les microbilles et les microfibres sont presque omniprésentes sur les tablettes. La plupart des nettoyants des marques populaires contiennent des microbilles qui sont tellement petites qu’à ce jour, aucun filtre n’est capable de les capter avant qu’elles ne se rendent dans les cours d’eau. Ces billes se retrouvent partout sur la terre, et même dans l’eau qu’on boit. C’est dangereux pour la santé de tous, la nôtre incluse.

Éviter les capsules détergentes « dégradables »

Quand on dit que le plastique est dégradable, on ne veut pas nécessairement dire qu’il est biodégradable. La différence est là, et sincèrement, elle fait toute une différence. Ce qui se dégrade ne se décompose pas nécessairement de manière naturelle. Les capsules de détergent à vaisselle ou à vêtements se dissoudent en microbilles, qui, on le sait déjà, sont extrêmement dangereuses. Non-seulement ça, mais les produits qu’on retrouve à l’intérieur de ces capsules sont souvent vraiment dommageables pour la planète. Utilisez du détergent biodégradable, biologique, voire même en vrac. Le plastique, ça peut durer des années. Si on peut remplir son contenant de détergent, à quoi bon acheter une deuxième bouteille?

réduire consommation plastique
Source

Le recyclage

C’est redondant, on le dit souvent, et on fait tous des efforts pour recycler le plus possible. Des fois, c’est juste décevant de ne pas savoir exactement si on fait un bon travail. Récemment, RECYC-Québec a lancé son application mobile Ça va où?, qui est une perle rare pour les personnes qui ont le recyclage à cœur. Autant ça peut être pratique lorsqu’on trie ses plastiques, mais ça peut aussi être utile avant l’achat. On peut vérifier si ce qu’on s’apprête à acheter va finir dans la poubelle ou pas. C’est surprenant, tout ce qu’on peut mettre dans son bac!

Réutiliser son plastique

On n’y pense pas nécessairement, mais c’est pas bête. Le plastique a une durée de vie d’au moins 400 ans. C’est un des matériaux les plus durables qu’on retrouve présentement sur le marché. Réutiliser ses sacs Ziploc, ses plats de nourriture, ses contenants de shampoing, de détergent, de jus, et autre, ça peut être franchement avantageux. En utilisant le plus possible son plastique, on en envoie un peu moins dans nos océans, qui se porteront un petit peu mieux. Une fois désuets, on peut les envoyer au recyclage, et le cycle continue!

Si tout le monde fait ça au meilleur de ses capacités, j’ai espoir qu’on va tromper la prévision qui dit que d’ici 2050, notre consommation de plastique aura triplé. J’suis sûre qu’un geste à la fois, on va arriver à faire le contraire. Si c’est ton premier pas vers le mode de vie écologique, bienvenue, pis merci. Merci pour tes efforts, au nom de la planète. Au nom des baleines, pis du krill, pis de tous les autres animaux qui dépendent de la clarté de l’eau pour survivre (donc moi, pis toi, pis tout le monde, dans le fond). Tant que tu essaies, tu contribues à rendre la planète juste un peu plus bleue, juste un peu mieux.

Par Gabrielle Hurteau

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de