Menu

Je t’aime, mais pas toi

Je t’aime, mais pas toi. C’est correct.

Je pensais pas que j’allais t’aimer un jour. Au début, je ne t’imaginais même pas dans ma vie, bien trop exubérant, bien trop immature, aux antipodes de ce que j’imaginais être mes amis. Et puis, quelques longues années plus tard, t’as pris une place tellement importante dans ma vie que je sais plus trop comment te décrire. Je suis TON amie, ça, c’est évident. Mais tu n’es pas le mien.

Je t’ai vu embrasser les plus belles filles sans avoir de pincement au cœur, je t’ai imaginé bien des fois avec la femme de ta vie. Jusqu’à ce que je m’imagine, moi, à la place de cette femme-là. On a voyagé, partagé des soirées, des mois entiers de nos vies tous les deux, jusqu’à ce que je réalise que je n’avais plus du tout envie de te quitter.

Être ton amie, c’est avoir l’avantage de te connaitre, d’envisager avancer avec toi dans la vie. Mais juste comme amie. Et ça me va. Même si j’aurais pu traverser le monde à la nage par amour pour toi, j’ai accepté d’être juste ton amie. Je ne te l’avais jamais dit, tu ne l’as probablement jamais su. Par fierté, bien sûr, mais surtout parce que j’avais compris bien assez tôt qu’on ne s’aimerait jamais de la même manière. C’est pas grave, l’amour n’est pas toujours réciproque, c’est peut-être pas toi, mon âme sœur, finalement.

Depuis nos plus jeunes années, tu m’as toujours vue comme une bonne copine. La grosse rigolote toujours là pour toi, mais sans sex-appeal. Celle sans qui tu ne pourrais pas vivre, mais que tu ne vois que comme la marraine de tes enfants. Et j’ai accepté.

J’accepte parce que je t’aime.
J’accepte parce que ton bonheur m’importe.
J’accepte de ne pas être la femme de ta vie.
J’accepte de te voir être heureux.
Moi aussi, je serais heureuse, c’est correct.

Source photo de couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de