Menu

Les blocages au travail : obstacles ou challenges?

Hier je reçois un courriel de mes collaboratrices sur un projet d’envergure, un projet qui me dépasse et de très loin. Je travaille seule, à distance, et je perds confiance, en l’espace de deux minutes.

La manière dont mon travail est reçu me bouleverse, je prends les choses personnellement et, alors que mon ego est blessé, mon orgueil prend le dessus.

Je m’énerve, puis je suis déçue et, enfin, je me sens incapable.

Voilà les phases de ma gestion du stress ou gestion de la pression si l’on veut.

Certains se murent dans le silence lorsque les problèmes professionnels viennent faire branler les bases de leur self-esteem ou de leur conviction à être légitime dans cet emploi.

Chez moi, c’est l’égo qui se manifeste, fort, violent, et il prend de la place, je peux vous l’assurer.

Et pourtant, j’accepte la critique. Je suis d’ailleurs convaincue qu’une critique constructive est essentielle dans toute création, qu’elle soit matérielle, intellectuelle ou conceptuelle. L’avis et le regard des autres (surtout des personnes compétentes) ne peut apporter que du positif dans l’avancement d’un projet.

Les idées sont belles, mais les réactions émotionnelles pas toujours accordées aux convictions profondes.

En cela, je pense que je ne suis pas la seule à fonctionner émotionnellement dans le cadre professionnel. J’ai déjà été confrontée à d’autres qui, avec moi, n’ont pas su saisir la bienveillance de ma critique dans une activité ou un projet commun.

Alors, je me mets à penser que c’est d’adaptation et de compréhension de soi et des autres dont nous avons besoin. La façon dont moi et toi et les autres prenons d’assaut les embûches relationnelles et interpersonnelles dans le cadre du travail est essentielle dans le travail en équipe. Il faut s’imaginer que si tu réagis de X manière, il est fort probable que Y aussi, mais si nous ne communiquons pas ouvertement sur le sujet, alors les non-dits s’accumulent et tout l’esprit de travail en est contaminé.

Il paraît alors important de développer l’empathie et l’estime de soi afin de ne pas se sentir rabaissé ou illégitime chaque fois que notre travail est critiqué et/ou remis en question. En effet, beaucoup d’entre nous prennent ça de plein fouet, comme un affront, un rejet pur et simple.

Mais n’oublions pas : si nous sommes là, si nous avons été choisis pour ce travail (quel qu’il soit), c’est que nous sommes légitimes pour cela. Au moment de l’entretien ou du recrutement, notre potentiel d’action, de réflexion et de productivité a été reconnu et la chance nous a été donnée de prouver nos compétences. Être confronté à des challenges au travail, c’est aussi l’opportunité d’avancer, de développer des méthodes de négociation avec autrui, mais aussi avec soi-même.

On remarque d’ailleurs souvent qu’à l’issue d’un projet particulièrement difficile à accomplir, on se sent différent avec le recul, grandi. Le moment du blocage est reconnaissable par ses élans de désespoir (dans les cas les plus extrêmes) ou encore des relents de stress qu’on a envie de fuir à grandes enjambées. Souvent, une bonne nuit de sommeil, une bonne série de respirations profondes et une séance de réflexion objective et distanciée permettent de se recentrer et de se souvenir de sa propre capacité à dépasser les obstacles sur le chemin.

Ayons confiance en nous! Nous sommes capables de l’impossible avec un zeste de bienveillance, une bonne louche de motivation et une tasse d’humilité, tout devrait bien se passer.

Source photo de couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de