Menu

Pour une histoire de poids

Deux amies discutent de leur poids :

-Faut que j’te dise quelque chose, mais j’veux pas que tu me juges.

-Ça part ben!

-J’m’en allais au yoga hier…

-Jusque-là j’te juge pas.

-J’me suis mis un p’tit top court, j’me suis regardée dans l’miroir pis j’ai pleuré.

-Pourquoi, y’est pas beau ton top?

-…

-Ok, pourquoi t’as pleuré?

-J’ai pris genre 10 livres dernièrement pis… j’me trouve comme… grosse.

-Si t’es grosse, moi chus quoi? Obèse morbide?

-Je savais que t’allais dire ça.

-Scuse-moi, mais de mon point de vue, tu pèses 110 livres mouillée, fait qu’un p’tit 10 livres de plus ou de moins, ça change pas grand-chose. Ça peut aider même.

-Oui, mais si j’me sens pas bien, moi, avec ce 10 livres-là? Au yoga, y’a certaines postures que j’peux pu faire. J’ai trop de p’tits plis.

-Ben là, on s’en fout des p’tits plis. Tout le monde a des p’tits plis. Une chance que t’en as des p’tits plis, sinon tu serais… un genre d’androïde de métal. Pis t’aurais pas besoin d’aller au yoga.

-J’veux ben, mais c’est que les p’tits plis, y’embarquent les uns sur les autres, y rentrent par en dedans, ça tire pis ça fait mal. J’te dirais que le pigeon royal est plus ou moins royal!

-J’te feel, moi c’est rendu que j’ai d’la misère à attacher mes souliers. C’est pu des p’tits plis, c’est comme deux énooormes gros plis qui se rencontrent pis ben… c’est moi qui plie pu!

-Je sais que j’suis encore dans mon poids santé pis qu’aux yeux des autres, j’me plains pour rien, mais moi, c’est pas ça mon poids. C’est pas comme ça que j’suis bien. J’me sens moins belle. On sera toujours plus mince ou plus gros que quelqu’un d’autre. Ça devrait pas être aux autres de juger si on est bien ou pas bien, belle ou pas belle, mince ou pas mince. Ça devrait ne concerner que soi.

-C’est sûr, mais en même temps, tu peux pas en vouloir à une fille plus en chair, qui est pas bien dans sa peau depuis longtemps, qui fait des efforts sans succès, des diètes, du sport pis toute, d’être choquée d’entendre une fille de 120 livres se plaindre qu’elle se trouve grosse. Ça enlève rien à la souffrance de la fille de 120 livres, mais ça ajoute peut-être à celle de 150.

-C’est pas gros 150.

-120 encore moins.

-Donc la fille de 120 livres doit farmer sa yeule et se trouver laide en silence?

-Non, clairement pas.

-Ben quoi d’abord? Trouver juste des gens fucking minces pis zen pis en symbiose avec leur corps, pour pouvoir ventiler sans choquer personne?

-Non… mais faut juste pas que ça tombe dans un genre de trouble alimentaire non plus. Si à 120 livres tu te trouves grosse, ça va tu être la même chose à 100 livres, à 80 livres? Ça s’arrête où?

-Ben voyons don! J’ai pas de trouble alimentaire. J’ai compté mes calories une journée pis j’ai abandonné parce que… parce que what the fuck compter ses calories?! Donne-moi plus que 6 amandes, toé chose!

-Pis pourquoi on pourrait pas juste accepter que notre corps change? Moi je réalise que j’ai toujours eu un rapport trouble avec mon poids ou plutôt avec mon image corporelle. Souvent, je tombe sur des vieilles photos où j’ai 20-22-25 ans pis j’me dis : « Sacrament, j’tais don ben belle pis mince! » Mais dans ce temps-là, j’me rappelle, j’me trouvais pas belle pis mince pantoute. J’me trouvais un peu grosse pis je regardais des photos de moi à 17-18 ans en me disant : « Sacrament j’tais don ben belle pis mince! » Mais même à 18 ans, j’me trouvais pas belle pis mince non plus. J’étais déjà complexée par ma bédaine. Les pantalons taille basse trop serrés aidaient pas, cela dit, MAIS QUELLE FUCKING BÉDAINE?

-Pis peut-être que dans 10 ans, on va regarder des photos de nous à 30 ans pis on va se dire…

-« Sacrament j’t’ais don ben belle pis mince. » Peut-être. Sûrement.

-Ça serait l’fun de s’trouver belle dans l’moment présent!

-Des fois, c’est horrible, j’me dis que j’peux pas tomber enceinte avant de perdre un bon 10-15 livres. Ça devrait pas être un chiffre sur une balance qui détermine si on est prêt à avoir un enfant ou non. Mais imagine si je tombe enceinte maintenant pis que je prends entre 20 et 35 livres par-dessus! J’vas rouler!

-T’es conne!

-Avoue que chus quand même un peu chubby

-T’es pas chubby pantoute.

-Potelée?

-Non plus.

-Enrobée.

-Nop!

-Trapue?

-Ça c’est comme le pire mot au monde.

-Dis-moi pas que j’ai des belles courbes…

-Ben oui, t’as des courbes. C’est ta shape pis c’est beau, ok?

-Ok.

-On est tellement rough avec nous-mêmes.

-Souvent, je vois une femme plus en chair que moi, pis je la trouve magnifique pis rayonnante pis inspirante. Pourquoi je peux pas poser le même regard sur moi? Le body positive, c’est tu juste bon pour les autres?

-…

-…

T’es belle.

-Toé t’es belle.

Source photo couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de