Menu

La solitude

On s’est tous déjà retrouvé seul. Seul avec soi-même, seul face à nos problèmes, peut-être même seul face à nos réussites. On s’est tous déjà retrouvé seul, mais c’était pas toujours volontairement. C’était pas toujours facile, et c’était pas toujours justifié.

On s’est peut-être retrouvé seul parce qu’on a repoussé les autres. Repoussé les autres parce qu’on avait peur d’eux. Peur d’eux parce que leur présence n’est pas toujours sécurisante, parce que parfois on sent une pression venant d’eux. Peur d’eux parce que le temps qui passe nous fait parfois croire qu’il y aura une fin, alors on se départit de ce poids, en amenant soi-même la fin.

On s’est retrouvé seul parfois en raison de ce que les gens ont pu comprendre, et ensuite dire. Les malentendus et les peurs, c’est presque toujours ce qui est à la base de la solitude. Faire un geste que les autres n’arrivent pas à comprendre, vivre une épreuve qui nous change beaucoup et de laquelle nous devons nous relever. Les gens ne sont pas toujours d’accord pour nous laisser ce moment-là, puisqu’ils ne peuvent pas toujours comprendre. Et s’en suit un épisode où nous nous retrouvons seul devant nos changements, devant nos situations, devant nous-même.

Si, tous ensemble, on prenait le temps de comprendre, si on faisait l’effort pour bien comprendre. Si tous ensemble on faisait un pied de nez à la peur, et qu’on allait vers l’autre même dans l’inconnu, même lorsqu’on ne sait pas ce qui nous attend, ce qui adviendra. Si la peur cessait de dominer ce que nous pensons, si on arrêtait de se demander ce que les autres penseront de nous si l’on est vu avec telle ou telle personne. Si la dépression cessait de faire peur aux gens, si la vieillesse cessait d’être le reflet de nos peurs… Si nous décidions de donner sa chance à tout, si nous décidions d’aller de l’avant et d’envoyer promener ce qui nous fait peur. Si l’on faisait un peu plus confiance, peut-être que la solitude prendrait moins d’espace.

Peut-être que la solitude serait moins seule.

Crédit photo de couverture: Matthew Henry 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de