Menu

Le compost : une recette plus qu’une poubelle

Tranquillement pas vite, des municipalités instaurent un service de collecte des matières organiques (thumbs up tout le monde!). C’est, disons-le, LA solution de gestion des déchets à privilégier, ne serait-ce que pour réduire le volume de déchets enfouis et diminuer la contamination des eaux souterraines provenant des sites d’enfouissement. La réduction des gaz à effet de serre et la valorisation des fertilisants organiques pour remplacer les engrais synthétiques sont aussi des avantages majeurs de la collecte municipale.

Le compost domestique contribue de la même manière et peut être envisagé si vous n’avez pas encore accès à la collecte municipale, ou en parallèle de celle-ci. J’ai d’ailleurs, le mois dernier, assisté à une conférence de M. Compost. Ce sympathique monsieur, qui avoisine les 80 ans, est définitivement doué pour transmettre sa passion pour le compost. Après 90 minutes, il avait réussi à me donner l’envie de gérer, classer et aimer mes vidanges comme seul Popa Paré sait le faire!

Avant cette conférence, je croyais que si c’était un fruit, un légume, une plante, une fleur, du gazon ou des feuilles, ça allait directement au compost. Ajoutant du soleil et de l’eau à la recette, je me voyais partie pour la gloire. Oui, on peut y envoyer tout ça, n’importe quand et n’importe comment, mais on obtiendra une bouette questionnable qui servira peut-être un jour. Si on veut valoriser efficacement nos matières organiques, il est préférable de suivre la recette de M. Compost :

  • 60% carbone : feuilles mortes, copeaux de bois, paille, etc.
  • 35% azote : pelures de fruits et légumes, pelouse, marc de café, etc.
  • 5% : terre, compost

C’est la recette du gâteau étagé parfait! Alternez ces trois matières dans votre bac, qui doit rester humide mais pas mouillé, et qui doit être à l’ombre, car le soleil contribuerait à assécher son contenu, aérez (brassez) le tout environ une fois par semaine, pour « distribuer » les micro-organismes et éviter la compaction et les odeurs, et, après environ deux mois, vous obtiendrez un compost parfait pour engraisser votre jardin. Si vous souhaitez pimper votre recette, ajouter des coquilles d’œuf, excellente source de calcium. Et si vous tombez à court de feuilles mortes ou de copeaux de bois, tournez-vous vers le carton mouillé (oui, du carton brun bien normal) ou du papier journal (encre noire), autres sources de carbone.

« Pourquoi je me taperais tout ça? », me demanderez-vous. Selon M. Compost, cette matière est absolument bénéfique pour vos vivaces, vos fleurs, votre potager, vos plantes d’intérieur et n’importe quel engrais acheté en magasin n’équivaudra jamais à un bon compost. Vos plants seront plus gros et plus solides. Finis, les tuteurs et les cordes!

Vous pouvez très simplement conjuguer votre bac de compost domestique avec celui de la ville. Ce dernier accepte une plus grande variété de déchets « organiques » : viandes, mouchoirs, couches jetables, boîtes de pizza souillées, etc. Ce qui vous laissera la crème de la crème pour votre bac domestique et votre jardin, en plus de devenir la B.A. environnementale de votre vie!

Bonne saison!

Par Isabelle Daigle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2021. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre