Menu

Moi, je suis une fille des bois

Je suis une fille des bois. J’ai toujours eu envie de bouger et de sortir à l’extérieur. J’ai des souvenirs de jeunesse plein la tête, activités de plein air faites en famille et de camping avec le frère dans la cour chez les parents. Du plus loin que je me souvienne, j’ai toujours eu ce désir de partir à la découverte d’endroits peu explorés. En fait, c’est comme si chaque forêt et chaque cours d’eau connaissait et appelait mon nom.

Je fais partie de ces filles qui préfèrent être à l’extérieur, peu importe que mère nature soit fâchée ou bienveillante, parce que rester à l’intérieur est me mettre dans une cage qui ne finit jamais de se refermer sur moi. C’est étouffer une personne qui ne vit que pour le mot liberté.

Je suis une de ces courageuses qui désirent tout essayer, tout voir, mais surtout tout vivre. On vit sur cette planète juste une fois et j’ai besoin de sentir que je fais partie de ce grand monde qui tourne sans arrêt. Ce monde qui me démontre chaque jour sa beauté et son ingéniosité.

Être une fille des bois, au final, c’est vouloir se réveiller le matin avec les cheveux et la peau qui sentent encore la boucane du feu fait la veille. C’est aimer se faire à manger sur un feu ou encore sur un petit poêle de camping parce que la nourriture goûte don’ meilleur. Le soir venu, être une fille des bois, c’est vouloir s’endormir bercée par la noirceur et le calme de la nature. C’est aimer le son de pluie, des oiseaux et du vent lorsque vient le temps de fermer les yeux et c’est se promener la tête levée vers le ciel pour observer la lune et les étoiles durant une soirée d’été. C’est avoir envie de se promener pieds nus sur le sol pour sentir entre ses orteils le gazon quand il est fraichement coupé. Être une fille des bois, c’est avoir le besoin de sentir le vent dans nos cheveux ou bien le soleil qui nous imprègne de vitamine D. C’est désirer plus que tout sentir que ce beau monde-là est un tout et qu’on en fait partie.

Parce que la nature est un professeur extraordinaire qui change et évolue saison après saison. C’est une ressource inépuisable d’apprentissage et de découverte. Un endroit si familier et si épeurant et différent chaque fois.

Et avec toutes ces années, la Terre est devenue mon chez-moi, la forêt, ma maison et la nature, mon refuge. J’ai juste à m’évader vers les bois pour me sentir en harmonie et connectée à ce monde qui est partout ma demeure.

Je sais pas toi, mais, moi, je suis une fille des bois!

Source photo de couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de