Menu

Réseaux sociaux : Je te suis, donc je suis?

On est de plus en plus de gens à passer de plus en plus de temps sur les réseaux sociaux. Je pense que ce serait normal d’accorder davantage d’importance à ce qui défile sur notre écran. Les réseaux sociaux sont présents dans bien des conversations, mais aujourd’hui, je voudrais qu’on parle de QUI on suit sur les réseaux sociaux.

Dans la vie, je pense fortement que c’est important de filtrer ce qui nous atteint, les ondes qui flottent autour de nous. Ça m’amène à me dire que, si je contrôle qui et ce qui entrent dans ma vie, ce serait logique de gérer également qui je suis sur les réseaux sociaux. Nos pensées dirigent notre humeur, notre état d’esprit, notre monde. Je crois que ce que nous pensons a une importance cruciale dans ce que nous sommes et dans notre aptitude au bonheur. Alors, le contenu qu’on absorbe pendant le temps non négligeable passé sur les réseaux sociaux est bien moins anodin qu’on peut le penser.

Régulièrement, je fais le « ménage » parmi les personnes auxquelles je suis abonnée et je me demande : « Est-ce que c’est sain que je suive cette personne-là? ». Est-ce que l’émotion que suscite ce compte chez moi est positive? Maintenant, avant de m’abonner à quelqu’un je me demande : « Est-ce que cette personne va m’apporter quelque chose? ». Je pense qu’il est nécessaire de se poser ces questions-là parce que malheureusement la marge est mince entre « ta vie me fait rêver » dans un sens positif, où elle me motive et m’inspire, ou « je rêve d’avoir ta vie » dans un sens négatif, où suivre cette personne provoque une jalousie absolument malsaine. Suivre certaines personnes peut avoir un impact complètement différent d’une personne à l’autre, il faut en être conscient. Pour certains, suivre une personne qui réussit peut les inciter à croire en eux, à travailler plus fort, à se dire qu’eux aussi peuvent tout accomplir. Pour d’autres, la même chose peut les rendre jaloux, blesser leur estime d’eux-mêmes et leur faire croire que leur propre vie n’en vaut pas la peine. Que ce soit un compte de divertissement, d’entraînement, de beauté, je crois qu’il faut cliquer sur « s’abonner » en fonction de comment on se sent en-dedans.

Par contre, j’avoue qu’à mes yeux le choix de qui on suit ne se termine pas là. Pour moi, un abonnement, c’est un encouragement. Il est donc important que je sois en accord avec moi-même. Est-ce que je suis d’accord avec le message véhiculé? Est-ce que j’endosse ces principes et valeurs? Par exemple, pour ma part, je me demande parfois si, en tant que personne qui tente de moins consommer, j’ai envie de suivre quelqu’un qui utilise sa plateforme pour encourager les gens à consommer d’une manière que je ne trouve pas « consciente ». Je me demande alors si le reste du contenu est suffisant pour effacer ce point.

Aussi, je pense qu’il est important d’avoir du recul par rapport à la relation qu’on a avec ce monde virtuel. Ne tombons pas dans un « Je te suis, donc je suis. »

Ça peut paraître intense et c’est probablement inutile si tu es rarement sur les médias sociaux, mais je trouverais dommage de devenir la victime d’un si bel outil. On retrouve une énorme quantité de gens tellement inspirants sur les différentes plateformes qui nous sont offertes; ce serait triste de tomber dans un cercle vicieux à cause d’une mauvaise utilisation de cette source immensurable d’inspiration.

Crédit photo de couverture : Claude Baillargeon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre