Menu

Ce que j’aurais aimé savoir à 17 ans

Est-ce que tu as déjà pensé à ce que tu te dirais si tu rencontrais une version plus jeune de toi-même?

Je me revois à dix-sept ans, quand je me préparais à quitter ma paisible adolescence. Encore habitée d’une insouciance enfantine, j’entrais dans une vie d’adulte pleine de promesses et de rêves prémâchés. Des rêves partagés par des centaines de milliers d’autres individus. Des projets en entonnoir, qui nous amènent tous dans le même trou. Étudier / décrocher un bon emploi stable / trouver l’homme de sa vie / l’épouser / s’acheter une maison /avoir un chien / faire des bébés…

J’ai tenté de suivre cette voie tracée d’avance, sans succès. J’ai compris à mi-chemin que ces rêves n’étaient pas les miens, mais ceux que j’étais « censée » avoir. Douze ans plus tard, si je tombais sur la jeune fille que j’étais, voici ce que je lui dirais :

« T’es pas obligée de faire comme tout le monde »

Ce qu’on en perd, du temps, à s’efforcer de fitter dans le décor! Pourtant, la vie devient intéressante lorsqu’on ose regarder derrière le rideau. On y découvre une beauté cachée, des sensations puissantes, des émotions brutes, une vie qui palpite derrière une mascarade ridicule.

Risque un pied derrière la scène, juste pour essayer. D’un coup que tu verrais quelque chose de beau. Tes propres rêves s’y trouvent peut-être.

Il y a autant de façon de mener sa vie que d’êtres humains qui respirent sur cette terre. Trouve la tienne, peu importe ce que les autres en pensent. C’est en suivant ce que ton cœur te dit que tu te sentiras pleinement vivante.

« Va là où tes passions te disent d’aller »

Tes passions devraient passer en premier. On te dira que tu dois être raisonnable, mais ça t’amènera tout droit à la dépression si ça t’empêche d’exercer ce pour quoi tu es faite.

Ne bâillonne pas l’artiste en toi, c’est ce que tu es. Ne range jamais tes crayons et ton papier. Entoure-toi de toutes les couleurs. Réserve-toi du temps pour créer tous les jours. N’arrête jamais de t’émerveiller. N’arrête jamais d’écrire. Laisse les émotions t’atteindre au plus profond de ton âme, même si ça fait très mal parfois. Ces émotions sont indispensables à ta créativité. L’art est le moteur qui te garde en vie.

« Laisse l’amour être ce qu’il est, simple et libre »

L’amour ne s’enferme pas. Un sentiment d’une telle puissance ne sera jamais fait pour vivre en cage. Tenter de le contrôler est une perte d’énergie et cause beaucoup de douleur. Il trouvera toujours la faille pour s’évader. Parce que l’amour est vrai lorsqu’on le laisse aller et venir, au rythme d’une respiration ou d’un battement de cœur.  Naturellement.

Ça ne sert à rien de l’idéaliser ou de le comparer. Il ne ressemble à aucun modèle prédéfini. On peut aimer sans lendemain ou à l’infini, une ou plusieurs personnes à la fois, de plusieurs manières différentes. C’est lui qui décide.

L’amour, c’est se délecter d’un mot, d’un regard, d’une caresse, d’un baiser. Il est dans le moment présent et il faut le vivre lorsqu’il se manifeste.

Mais même si on m’avait dit tout ça à l’époque, aurais-je écouté ce charabia? Aurais-je été prête à voir le monde ainsi? Peut-être pas. Parce qu’au fond, toutes les expériences vécues, y compris les erreurs, ont forgé ma personnalité et ma manière de réfléchir.

Peut-être que, finalement, les seules paroles que j’avais besoin d’entendre sont celles que mon père m’a dites en toute simplicité :

« Ça va bien aller tu vas voir, fais confiance à la vie. »

Sarah B Delisle, rédactrice

Source

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2021. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre