Menu

Soleil, tu ne m’auras pas!

Je déteste le soleil. Vraiment beaucoup. Je sais que c’est difficile à croire pour la grande majorité des gens pour qui le beau temps fait l’effet d’une bourrasque de bonheur et met fin à la torpeur qu’est l’hiver québécois et sa suite pluvieuse et désolante qu’on qualifie tout de même de printemps. Cela étant dit, je suis née affublée d’une génétique de rouquine et cela ne vient pas qu’avec des cheveux tirant sur l’orange-doré et des taquineries à l’école primaire. Ça vient surtout avec une peau qui souffre du contact du soleil à partir de la mi-mai et qui ne daigne regagner son calme que quand le vent frais d’octobre veut bien s’installer. J’ai tenté de feindre cette condition durant l’enfance, me laissant influencer à m’adonner aux activités qu’on appelle « se faire bronzer » ou encore « se baigner tout l’après-midi », pour ensuite créer la peur de leur vie à mes pauvres parents qui ont bien constaté que je n’avais suivi aucun des mots d’ordre de l’été, qui étaient : crème solaire aux demi-heures, casquette et ombre. Coups de soleil, étourdissements et même vomissement s’ensuivaient à ma simple participation aux activités estivales des autres enfants. En vieillissant, j’ai compris que ma santé et mon état d’esprit se portaient mieux quand j’évitais de m’exposer ainsi et qu’expliquer cette condition aux gens qui m’entouraient faisant en sorte qu’ils accommoderaient les sorties en ma compagnie pour éviter ma combustion (ok, j’exagère juste un peu). Je ne suis donc jamais allé aux glissades d’eau ; j’ai dit non à un road trip en Californie ; l’hôtesse lève le sourcil quand je choisis de m’installer à l’intérieur du resto au lieu de sur la terrasse ; si je gagnais un voyage dans le sud, je le donnerais à qui en veux bien ; sans oublier que je dois mettre de la crème solaire sur toutes les surfaces découvertes de ma peau même pour 10 minutes de marche jusqu’au métro. Je vous le jure. Si certains rouquins ne se reconnaissent pas, je vous envie, mais je sais que bon nombre de personnes à la peau translucide ont à vivre parmi les adeptes de la bronzette tout l’été et que cela représente un réel défi quand on souhaite éviter les brulures et les malaises. Et comme on n’a pas vraiment le choix de se pointer le bout du nez dehors, je ne vous laisserai donc pas affronter la saison sans mes conseils d’experte en matière de protection solaire.

Applique une crème solaire pour le visage tous les matins.

La peau du visage, principalement le nez et les pommettes, est particulièrement sensible aux brulures. Même lorsqu’on ne compte pas s’exposer longtemps, il est primordial de bien la protéger. Je te conseille un FPS de 50 à 60 si tu as la peau très claire et de choisir une crème spécialement conçue pour le visage, sans quoi elle peut être trop épaisse et engendrer des poussées d’acné. Ma préférée depuis deux ans est celle de La Roche-Posay, qui fait aussi une bonne base si on applique un fond de teint par la suite.

Laroche-Posay crème solaire visage
Source

Équipe-toi d’une bonne crème solaire pour le corps.

Il y aura toujours un débat comme quoi un FPS élevé est inutile. Ça peut être vrai pour les gens qui bronzent beaucoup et facilement. Le FPS n’est pas un pourcentage, mais bien l’indice de la multiplication de la protection naturelle de la peau aux rayons du soleil. Dans mon cas, un FPS 60 sur le corps n’est pas suffisant pour une exposition de plus d’une heure, puisque ma peau ne comprend pratiquement pas de protection naturelle. J’ai découvert la crème Neutrogena FPS 110 (j’en remercie l’inventeur-trice chaque été), qui est idéale pour les plus longues expositions comme la baignade. Traîne toujours un tube dans ton sac au cas où tu aurais à t’exposer plus longtemps que prévu.

Neutrogena crème solaire fps 110
Source

Favorise les vêtements qui couvrent la poitrine et le cou.

Ce sont les zones du corps qui semblent même attirer le soleil tellement elles brulent facilement. La peau au niveau du cou et de la poitrine peut être sensible aux crèmes solaires et, bien que certaines marques soient plus légères, la sensation et les traces blanches ne sont pas optimales. Les hauts de bikini high neck sont super à la mode et évitent donc l’exposition de la peau, de même que les t-shirts « unisexes », qui ont souvent une coupe plus garçonne avec un col rond et des manches plus longues.

Ose la casquette!

Surtout pour éviter les étourdissements et pouvoir dire oui quelques fois à une randonnée, la casquette est à ne pas oublier. Plusieurs modèles de cette année sont super cutes en plus.

Reconnais tes limites.

Tu n’es pas et ne seras jamais comme ton amie qui prend des bains de soleil tout l’été et qui exhibe son teint bronzé sur les plages. Ta santé est plus importante que le sentiment d’obligation de suivre les autres dans leur contemplation du zénith. C’est dur à comprendre pour beaucoup, mais, si tu prends le temps d’expliquer tout ça, on te réservera le spot à l’ombre sur la terrasse. De toute façon, les feux de camp et les sorties tardives, c’est ben assez pour rocker ton été.

Source photo de couverture: Pexel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2021. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre