Menu

Heille, ça va aller!

OK! Débutons par nous dire les « vraies affaires » et si tout le monde survit jusqu’au deuxième paragraphe je parlerai de licornes et de trucs joyeux.

L’automne a été « rough », l’hiver a semblé durer 21 mois et dès qu’on a surpassé le 30 degré en juin, on a tous su se plaindre haut et fort de l’absence de brise rafraîchissante. Mauvais endroit, mauvais moment, mauvaise température? Ou simplement insatisfaction habituelle et habitudes pour les insatisfaits. Nos vies ont beau rouler à vive allure, ça ne tourne pas rond dans nos têtes. Ça se cogne les orteils sur chaque détail et ça pleure la fin du monde Iphone et café Starbuck à la main. On ne sait plus si on va mal ou si mal aller c’est la nouvelle affaire. Ayant écouté les nouvelles dramatiques ou pas. Fatigué ou pas… On chiale, on en a marre, on ne s’aime pas, on est confus et on laisse ce mélange toxique envenimer nos buts et nos ambitions. Syndrome occidental du bonheur malheureux.

On m’a répété que ça allait aller, souvent. Souvent comme dans à plusieurs reprises dans un espace de temps limité avant que je saisisse l’évident : AHHHH, ÇA VA ALLER!

Saches donc que « ça va aller ».  Avec ou sans licornes, la vie est trop courte pour qu’on s’effondre aussi facilement. Parce qu’il faut que tu apprennes à arrêter de te détester inutilement et de te nuire futilement. Et moi aussi. Parce que la vie ne dépend pas du réconfort ou de l’opinion des autres, mais de ta capacité à te dire toi-même « heille, ça va aller ». Et moi aussi, je dois entraîner ce muscle. En endurance et en force pour les fois où on tombera de haut, pour quand les blessures seront davantage du type hémorragie interne qu’écorchure de genou. Je m’entraîne la tête à remonter la pente sachant que ce n’est pas la dernière fois.

Tout va mal vs Tout va bien

La négativité AKA le « dark side » de nos vies, c’est contagieux. Facilement propagé à coup de soupir et pensées malsaines. Des choses horribles accablent de bonnes personnes et la vie est injuste. Des gens meurent, des enfants n’ont pas de parents, des femmes se font violer. Oui. Je sais. Moi aussi ça m’empêche de dormir le dimanche dans la nuit.

La nuit, je m’endors en pensant à toutes les bonnes choses qui me sont arrivées. J’en fait toujours une petite liste pour réaliser qu’il y a plus de bon que de mauvais dans mon quotidien. Je trouve sommeil, reconnaissante envers la vie, la chance que j’ai, la chance qu’on a, et convaincue que le changement est accessible. Changer pour le mieux. C’est ce qui me réveille le lundi matin.

Savoir profondément que « ça va aller » et se le répéter ne réglera pas nos problèmes. Je sais que ces 3 mots n’anéantiront pas la faim dans le monde. Rassurez-vous, j’ai une tendance naïve qui est contrebalancée par beaucoup de réalisme. Toutefois, avoir une confiance en la vie est une attitude qui peut être suffisante pour nous motiver à voir au-delà de ce qui se passe et à entrevoir des solutions. Je trouve du positif dans ma façon de faire face au négatif. Bien aller c’est un choix qui nous permet d’être à l’écoute et de reconnaître quand ça tremble à l’intérieur. C’est une conscience émotionnelle vitale. C’est ce qui permet de ne pas abandonner, de ne pas paniquer quand ça explose et que tout le monde hurle aveuglément à la panique. C’est l’espace suffisant entre les émotions et la raison. C’est la bulle dont tu as besoin pour prendre le temps d’inspirer et crier à tous : HEILLE! ÇA VA ALLER!

Source photo de couverture: Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de