Menu

Zombie boy: Born This Way

Zombie boy, ton décès m’a particulièrement et profondément touché. Et c’est ensuite que j’ai appris « Par suicide ». Ça m’a frappé encore davantage.

Je t’ai connu, comme pour la plupart du monde entier, dans le vidéoclip de Lady Gaga. Et j’ai voulu en savoir encore plus sur toi. J’ai creusé. Je me suis questionné. J’ai voulu en apprendre davantage sur toi, davantage sur moi.

Mais qu’est-ce qui peut bien pousser quelqu’un à en arriver à se faire tatouer de la tête aux pieds?

Que veut-on camoufler? Comment quelqu’un qui se décrit comme timide en arrive là et réussit au même moment à diriger tous les regards vers lui?

Quels éléments ont fait en sorte que l’un après l’un après l’un après l’autre, t’en arrives à être recouvert à plus de 90% de ton corps?

Oui, je l’avoue : COUPABLE. Je t’ai jugé.

Mais combien de fois t’es-tu fait juger, comme je l’ai fait avec toi, pour ton paraître sans qu’on ne tente ne serait-ce qu’un tout p’tit instant de connaître vraiment l’intérieur de toi et de ce qui pouvait bien s’y cacher?

Combien de fois a t-on refusé de te découvrir par simple jugement initial, par peur ou pire, par dégoût de ton apparence?

Bien que je sois tout à fait conscient que ton corps recouvert d’encre en étonne et en surprenne plus d’un, il n’en reste pas moins que ce choix personnel a dû éloigner pas mal de gens.

Et si justement c’était quelque peu voulu? Et si c’était pour toi parfait comme ça, justement? N’attirer que les personnes qui tenteront d’aller au-delà de ce qu’elles voient? Au-delà de l’apparence. C’est bien souvent là que se cachent le beau, le doux et le bon de quelqu’un. Là où, au premier regard, on ne le voit pas.

En te regardant, je ne peux m’empêcher de penser que tes multiples symboles, insectes et os imprégnés partout sur ton corps au fil du temps l’ont été par désir ainsi que par choix. Des choix selon ce que l’on découvre, ressent et vit. T’as dû en vivre, des choses.

Ces mêmes tatouages que tu t’es toi-même appropriés en référence à cette tumeur dont t’as été affligée alors que t’étais qu’adolescent et d’où provient ton surnom de « Zombie boy » qui t’a valu une reconnaissance mondiale. Une reconnaissance corporelle où t’as dû tenter de t’identifier autrement.

Et là t’as décidé que c’en était assez. T’as décidé d’en finir.
Toi qui t’en étais pourtant passablement bien sorti de cette tumeur.

Les tatouages sont comme les défauts, au fond. On les accumule avec le temps.

En avoir ne serait-ce qu’un petit peu, puis en ajouter un autre, et encore un autre, et un autre… Certains sont plus visibles que d’autres. Y en a que tu possèdes qui ne seront jamais montrés à certaines personnes. D’autres ne seront vus que par des gens lors de moments plus intimes. Au vu et au su d’un ou de quelques-uns plus visibles, tu ne seras jugé que par ceux-ci sans qu’on tente d’aller voir plus loin.

Bien qu’avec le temps, tu aimerais ne plus en avoir certains, ils font partie intégrante de toi et d’une époque de ta vie. Contrairement à ceux-ci, la maladie mentale, elle, n’est pas un tatouage ou un défaut. Elle peut survenir malgré une belle carrière, une célébrité digne de ce nom, un semblant de bonheur que tu ne décèleras pas muni d’un magnifique sourire qui te fera ensuite dire que « Non, pas lui ou elle?! Ça s’peut pas!? ».

Oui, ça se peut.

Rick Genest, alias « Zombie boy », repose maintenant en paix.  Sache que tu m’auras à tout le moins apporté un peu plus dans ma façon de tenter de découvrir les gens et ce qui se cache derrière ce que je n’aime pas ou ce que je redoute à première vue. On mériterait tous de le faire sans haine hâtive ni jugement.

Bien que je ne puisse être en accord avec ton geste d’être mort de cette façon, je ne peux qu’espérer que tu puisses faire réaliser à plusieurs gens l’importance de creuser davantage la véritable nature de quelqu’un, toi qui tentais toi-même de trouver la tienne. Et surtout, l’importance de la santé mentale et du tabou de ce sujet qui doit prendre fin.

suicide zombie boy

Tu es décédé de cette façon, mais ce que je préfère retenir au-delà de ça, c’est que tu auras été un être plutôt authentique. Authentique dans ta façon de symboliser l’être que tu étais devenu suite à cette épreuve. Un être « Born this way. »

Ligne d’intervention en prévention du suicide:

  • Disponible partout au Québec
  • 1 866 APPELLE (277-3553)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de