Menu

Célibataire juste parce que

Je me suis tannée de justifier pourquoi je la jouais solo, de voir les réactions de surprise des gens à qui je disais que j’étais célibataire depuis toujours, de deviner les jugements silencieux à propos du célibat… Aujourd’hui, même si je suis en couple, je crois encore qu’être célibataire n’est pas un vice et que ça devrait même être vu comme la chose la plus normale du monde.

Pendant des années, chaque souper de famille, un oncle ou une tante me demandait : « pis, quand est-ce que tu nous présentes un p’tit chum? » Et après quelques années : « ou une blonde… tu le sais qu’on ne jugerait pas! », comme si on parlait d’un tabou. Au moins, ça me faisait bien rire. Ce que j’aimais moins, toutefois, autant dans ce contexte que dans n’importe quel autre, c’était de devoir expliquer que je ne cherchais pas de relation pour l’instant, que j’étais trop occupée, que je n’avais pas trouvé le bon, que j’étais trop difficile, que…

Bref, je disais n’importe quoi pour leur faire plaisir. Parce que dans ma tête, le couple n’est pas une nécessité.

Être célibataire ne se définit pas par une phase inconfortable où le seul objectif est d’avoir une relation. Le célibat n’est pas non plus synonyme d’échec (dans la majorité des cas), mais simplement un état qui devrait être perçu comme normal et aucunement triste.

J’étais célibataire juste parce que. J’étais bien, je ne ressentais pas de manque, je n’étais pas en quête d’autre chose, c’était juste ça. Je ne me voyais pas comme une perdante parce qu’à 22 ans, je n’avais jamais eu de relation sérieuse. Je fréquentais des garçons pour des aventures éphémères sans attachement et that’s it, c’était ce que je voulais. Bien sûr, chaque personne vit le célibat à sa manière, mais en être malheureux ou malheureuse, selon moi, ce n’est pas sain. Ici, je parle du célibat en général et non de celui qui suit une rupture amoureuse douloureuse ou quelconque contexte spécifique du genre, ce qui est bien différent.

Il faut cesser de mettre une étiquette négative sur le célibat. Il faut l’accepter comme il est, sans vouloir le fuir à tout prix. Il faut arrêter de juger. Être célibataire n’est pas « spécial ». Ce qui est spécial, c’est être amoureux ou amoureuse, être avec une personne qu’on aime, avec qui on a envie d’être. Par choix et non par manque. Je crois que la meilleure façon de trouver le bonheur pur dans une relation de couple est de le voir comme un plus, une addition à sa vie pour la rendre meilleure, sans que ce soit une nécessité. Il faut prioriser l’envie d’être avec cette personne qui nous fait vibrer au besoin de remédier au fait d’être seul ou seule.

Ainsi, le célibat est naturel, intéressant et même génial à qui sait en profiter! Cessons de le fuir, de le renier, d’en avoir peur, de le repousser, de l’éviter, de le détester, de le justifier. Soyons bien autant célibataires qu’en couple.

Source photo de couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2018. Tous droits réservés
Une réalisation de