Menu

Aimer l’amour

L’été, ça fait ressortir le meilleur et le pire chez les gens. La chaleur insupportable a un effet négatif sur notre attitude, mais le soleil en abondance, lui, ajoute un petit pep dans notre step. C’est synonyme avec l’odeur de crème solaire à la noix de coco, ou les crèmeries qui ouvrent à nouveau leurs portes. L’été, les souvenirs les plus mémorables se forment, surtout quand t’es aux études et que tu fais un emploi atypique, ou genre, que tu pars en voyage en Italie pendant un mois. Là, c’est clair que tu rentres en classe avec des histoires à raconter. Fais juste regarder Grease, deux secondes. Un été en voyage, un summer love, un bronzage uniforme, le rêve! Avant que l’hiver et les effets du réchauffement climatique viennent frapper à nos portes pis qu’on soit tous déprimés, enrhumés et définitivement pas dans le mood de chasser cupidon, c’est l’temps, de retomber en amour avec l’amour, sous toutes ses formes.

Évidemment, y’a le p’tit kick d’adolescent, celui qui fait palpiter notre coeur pis qui nous donne des sueurs froides, juste quand vous croisez vos regards. Ah, ce kick-là, my god qu’il fait du bien. Ça ne va souvent pas plus loin que ça, quand on est jeune et peureux, mais c’est le fun pareil, d’apprécier quelqu’un tellement fort qu’on a envie de partager avec lui un peu de nos secrets. Je me souviens quand mon père nous a parlé de sa nouvelle blonde. Il avait le même petit sourire nono que mon amie, quand elle me parlait de son kick sur le moniteur de camp de jour avec lequel elle travaille. 41 ans, 17 ans, même game. C’est beau, des fois, comment on ne perd pas l’important. L’amour, pis les petits yeux, presque aussi brillants que le gloss à la vanille des années 2000. Y’a les amours d’étés, qui sont l’équivalent d’un film de Luca Guadagnino, sauf qu’on n’est pas en Italie, pis qu’on a clairement pas le budget pour aller plus loin que la crèmerie. Still, c’est du pareil au même. C’est un contrat plein de non-dits entre deux personnes qui ont envie de partager une doudou devant un feu à la mi-juillet, mais surtout pas jusqu’à la fin décembre. C’est un petit amour, une microromance, mais c’est toujours la première qu’on mentionne à nos enfants juste avant de les forcer à regarder Un Havre de Paix pour la centième fois. Y’a un p’tit quelque chose de magique, dans le fait de partager son intimité avec un parfait inconnu pendant quelques instants, avant de ne plus jamais se parler, mis à part à travers des pokes sur Facebook. Of course, y’a le vrai amour, le one true love. L’amour d’été qui s’est rendu jusqu’au début mai, pis qui a « toughé » l’été d’après, pis tous les autres qui ont suivi. L’amour qui est un peu timide au début, mais quand même naturel, pis qui nous fait juste sentir bien dans notre dedans. Celui qui nous fait comprendre que le monologue de Robin Williams dans Le Destin de Will Hunting à propos des pets de sa femme. C’est l’amour qui nous fait dire que c’est exactement comme ça, qu’on veut se souvenir de l’autre. Celui qui nous encourage à sortir de notre coquille, pis à être bien à deux. C’est beau, des fois, comment on ne perd pas l’important. Le fait de s’aimer, pets pis anxiété tout inclus.

L’amour, c’est aussi bien plus que du romantisme. C’est des amis d’enfance, des amis du secondaire, pis les amis de toutes les autres étapes de la vie. Les amis aussi, on les aime. Ce n’est pas le french kiss à la troisième rencontre qui détermine qu’officiellement, vous vous aimez mutuellement, mais c’est quelque chose d’autre, un genre de contrat qui dit que vous voulez passer plus de temps ensemble, parce que vous vous entendez si bien. Ce sont des p’tits fous rires, des anecdotes pis des secrets que vous partagez à deux. C’est eux, le pilier de notre bien-être émotif en temps de crise existentielle. Évidemment, dans l’amitié, j’inclus aussi les membres de la famille à qui on fait confiance. Eux aussi, sont nos amis, dans un sens.

Ce qu’il y a de plus beau, avec l’amour, c’est que ça ne s’arrête jamais. C’est qu’au cours de notre vie, on va aimer des gens tellement différents, pis de manière tellement différente, pis qu’on aura rarement tort d’aimer ceux qu’on aime. L’amour nous fait faire des affaires folles, des fois des choses malsaines pis pas fines, mais elle nous fait aussi vivre des affaires qu’on ne vivrait jamais autrement, pis ça, c’est quelque chose de super important. De vivre des affaires whack, pis d’en ressortir différents, d’apprendre à aimer quelqu’un d’autre, pis d’apprendre comment vivre avec les autres êtres humains de ce monde, c’est quelque chose de spécial, peu importe comment ça finit. Qu’on ait un petit kick, un flirt nonchalant ou qu’on soit en amour par-dessus la binette, l’amour, c’est toujours aussi beau, toujours aussi important, pis ça rend la vie juste un peu plus belle, même si c’est juste pour un été de temps. Ce qui est cool, aussi, avec l’amour, c’est que ça peut être tout sauf romantique. C’est universel, pis totalement différent d’une personne à l’autre, mais au fond, c’est le même message. Si personne ne te l’a dit aujourd’hui, allo, t’es aimé.e, pis tu mérites du soleil.

Full love Xx

Source photo de couverture: Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2018. Tous droits réservés
Une réalisation de