Menu

Le petit TOC ordinaire

Bon, vous le savez peut-être, je suis anxieuse.

« Oui, c’est correct fille, tu nous l’as déjà dit dans un de tes derniers articles! » (ICI)

Ben ça s’adonne que cette anxiété est accompagnée de petites habitudes weird, parfois drôles et la plupart du temps, très inutiles! Ce sont de petits TOC.

Je vis relativement bien avec eux. Mais ce n’est pas le cas pour tous. Le trouble obsessionnel compulsif peut être très accaparant et souffrant pour certains.

Je vous fais d’abord un petit palmarès léger des miens, histoire de rire un peu de ma gueule, et ensuite on passe aux choses sérieuses. Ok? OK? (ben non c’t’une joke! Penser que vous allez me répondre ne fait pas partie de mes TOC!)

– Vérifier si j’ai laissé mes clés dans la porte :

J’ai laissé UNE FOIS, en 2015, mes clés dans la porte. Je les cherchais partout dans l’appart pour finalement constater qu’elles avaient pendouillé après la serrure extérieure toute la nuit. Depuis, je check chaque soir avant de me coucher. CHAQUE SOIR!

Je vérifie pas si j’ai bien barré ma porte, comme plusieurs ; je vérifie si je l’ai bien débarrée. C’est comme un TOC inversé!

Au début, mon chum, en entendant la porte s’ouvrir et se refermer rapidement, pensait que je sacrais mon camp, à minuit, en plein hiver. Il se levait en panique alors que je revenais vers la chambre, toute contente d’avoir vérifié la chose. J’ai même développé une technique pour les froides soirées. J’entrouvre seulement la porte, glisse ma main par l’ouverture et tâte la serrure. Je me demande si mes voisins d’en face s’installent, chaque soir, avec un pop-corn, entre 22h et minuit, pour voir ma petite main sortir et palper en vitesse.

– Envoyer un courriel important :

Des fois ça me pogne. Je stresse sur un courriel à envoyer et je le relis juste trop. Trop souvent et trop longtemps. Tellement que des fois, les mots n’ont plus de sens et deviennent un ramassis de lettres destinées à quelqu’un qui voue clairement moins d’importance à ce message que moi.

– Faire le lit :

Grand rituel sacré de la couvarte! Je ne peux absolument pas me coucher dans un lit mal fait. Le drap plat doit être symétrique à la douillette. Le drap contour ne doit pas avoir de plis! Eh tabarouette, non! Souvent, mon chum est déjà en train de lire dans le lit et j’exige qu’il se relève pour que je puisse placer le tout à mon goût! Je me transforme en général de l’armée en plein power trip. Ça fait presque peur!

Pas besoin de vous dire que mon alter-ego de Friends, c’est Monica hein?

gif monica friends
Source

– Barrer mon vélo :

Si je le barre, seul, sur un poteau, y’a pas de problème! Mais si je dois le barrer sur un rack où y’a déjà une foule de vélos, eh la la! Ça peut prendre du temps. Une fois barré, j’observe pendant de trop longues secondes si le cadenas passe bien d’un côté de la roue, de l’autre côté de la roue, d’un bord du cadre, de l’autre bord du cadre, en haut, en bas. Ensuite, il faut que je vérifie scrupuleusement si j’ai pas, par mégarde, barré une partie du vélo d’à côté avec le mien, genre un fil de frein, sait-on jamais. Je finalise le tout en tirant 2-3-4 fois sur mon cadenas pour vérifier la solidité de la barrure. Bref, j’ai plus l’air de vouloir voler un vélo que de barrer le mien.

Pour moi, ce sont de petits gestes banals. Ça ne m’empêche pas de vivre et ça fait rire mes proches. Je ne devrais même pas leur donner le titre de TOC. Ce sont plutôt des petites manies gossantes. Mais les troubles obsessionnels compulsifs peuvent prendre la forme d’obsessions, de pensées littéralement envahissantes qui génèrent de la peur et de l’angoisse, de gestes compulsifs irrépressibles qui gaspillent temps et énergie…  pis ça, c’est pas drôle pantoute.

Selon l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal, « afin d’établir un diagnostic de TOC proprement dit, les obsessions et les compulsions doivent envahir l’individu plus d’une heure par jour ou entraîner une souffrance cliniquement significative ou des problèmes dans le fonctionnement social, professionnel ou dans d’autres domaines importants de la vie de la personne. » [1]

Si vous croyez souffrir d’un trouble obsessionnel compulsif qui bouleverse votre vie, n’hésitez pas à consulter un professionnel de la santé.

[1] Source

Source photo couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2021. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre