Menu

Lettre à ma fille

À toi, ma fille, pour qui j’ai voulu être un modèle de mère à la hauteur en te partageant mes outils intérieurs, mes ressources pour atteindre une liberté dans tes choix.

À travers les épreuves, les moments d’anxiétés surmontés, la solitude, la peur remplacée par la confiance et la foi en la vie, j’ai cru que cet héritage serait riche pour toi.

Un soir, j’ai été attristée par l’étiquette de « vieille fille » que tu m’as collée quand je t’ai raconté mon idéal dans les choix d’un partenaire amoureux et les raisons qui m’ont fait repousser certains cavaliers.

Je crois qu’être sélective ne veux pas dire être trop difficile, c’est plutôt se respecter intérieurement, car la beauté, elle se cache là.

Se respecter en étant patiente et confiante que la vie mettra sur notre route des meilleurs matchs, voilà ma quête. Nous avons toujours le libre arbitre dans nos choix et nous possédons tous l’intuition et le discernement nécessaires pour prendre les bonnes décisions selon nos besoins.

Je suis fière de la personne que je suis devenue, je me tiens debout avec cette belle ouverture en regardant la vie avec la joie et l’amour au cœur. C’est le souvenir que j’aimerais que tu gardes de moi quand je serai partie, et non celle de la vieille fille, renfermée dans ses habitudes et la petitesse de son 3 ½.

Je n’ai pas choisi les pertes que j’ai vécues, j’ai seulement trouvé les moyens, l’équipement et les ressources pour me diriger à travers ce qui s’est présenté.

J’ai le bonheur facile, je m’émerveille d’un lever et d’un coucher de soleil, mais je veux que tu saches que malgré cette vie minimaliste, je rêve d’une maison avec des grandes fenêtres, d’une vue sur un cours d’eau, de soupers avec mon amoureux, de soirées en famille et avec beaucoup d’amis, à rire, chanter, danser et se raconter, parce que c’est ça la vie, PARTAGER

Alors, je voulais te rappeler que parfois on ne choisit pas les événements ni la solitude, mais c’est dans ces moments qu’on décide de s’accueillir avec beaucoup d’amour, de bienveillance et de présence pour apprendre à s’aimer davantage.

Car la paix de l’âme vaut mieux que les regrets et les tourments.

Au même moment où j’écrivis ces derniers mots, je levai les yeux; un goéland et un avion traversèrent le bleu du ciel.

Je souris et je sentis une immense vibration d’amour m’envahir.

Rappelle-toi toujours ceci, ma belle grande fille : nous ne sommes jamais seuls.

Maman xxx

Par Hélène Jolibois

Source photo de couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de