Menu

Les élections 2018 : pour bien commencer

Les élections approchent. Afin de vous aider à vous y retrouver, je vais tenter de décrire les quatre partis politiques les plus connus et décrire quelques-unes de leurs actions passées, s’il y a lieu, ainsi que leurs projets pour les élections de 2018.

Je tiens à préciser que les informations suivantes sont formulées de la façon la plus objective possible, mais sachez que dès que l’humain choisit des mots, une subjectivité est déjà présente. C’est pour cette raison qu’à travers l’article vous seront disponibles mes sources d’informations, si ça vous intéresse.

Pour commencer, il y a quatre partis qui sont représentés à l’Assemblée nationale : le Parti libéral du Québec (PLQ), le Parti québécois (PQ), la Coalition avenir Québec (CAQ) et Québec solidaire (QS). Ils ont respectivement à leur tête Philippe Couillard, Jean-François Lisée, François Legault et Manon Massé, accompagnée de Gabriel Nadeau-Dubois.

Ensuite, il faut savoir comment l’échelle politique au Québec fonctionne. Nous avons la gauche et la droite. Les partis qui tendent plus vers la gauche se caractérisent par le collectivisme et l’égalitarisme : leurs valeurs sont humanistes. Les partis qui tendent vers la droite sont caractérisés par la tradition, l’individualisme et la liberté économique. Sachez, par contre, que les partis québécois tendent plus vers le centre que vers les extrêmes. Il faut aussi savoir que, selon la vision des partis, certains tendent autant vers la droite que vers la gauche, et ce, sur certains points.

Maintenant que les présentations sont faites, je vous laisse découvrir plus intimement chacun des partis, avec leurs intentions globales et quelques-unes de leurs actions passées (s’il y a lieu).

Le Parti libéral du Québec

Sur l’échelle politique québécoise, le PLQ est de centre-droit. Leur valeur principale est une prospérité économique individuelle. L’état veut moins intervenir dans la société. Les membres du parti veulent faire avancer l’économie en exploitant nos ressources et en créant de nouveaux emplois. Ils encouragent aussi l’immigration et adoptent des politiques pour favoriser l’intégration des immigrants. Le parti tend à se libérer du domaine public et favorise une gestion privée dans les domaines où il œuvre. C’est présentement ce parti qui est au pouvoir. Il est fédéraliste, donc il veut que le Québec reste une province du Canada. Lors de sa création, en 1867, le PLQ était un parti progressiste. Par contre, depuis les années 2000, environ, il n’a plus ce titre. Le PLQ est derrière les actions suivantes : l’âge minimum pour travailler, le droit de vote des femmes, la gratuité scolaire du primaire au secondaire, l’assurance maladie, l’aide juridique, le régime d’allocation familiale, la Charte québécoise des droits et libertés et Hydro-Québec, entre autres. Il a aussi été accusé de corruption à maintes reprises, ce qui a donné la création de la Commission Charbonneau. En 2011, le PLQ établit le plan nord. En 2012, il veut augmenter les frais de scolarité, ce qui déclenche le Printemps érable. En 2014, le nouveau chef du parti instaure des règles d’austérité strictes, en coupant dans les services publics. Le PLQ est aussi responsable de la Commission-Jeunesse, qui encourage l’implication politique des jeunes de 16 à 25 ans. Aussi, le parti est le premier à déclencher le débat de l’enseignement de l’anglais dès la première année du primaire et à encourager la création de la carte d’assurance-maladie, celle du Fonds des générations, l’abolition de la malbouffe dans les écoles ainsi que la conservation du Programme de prêts et bourses. Pour les prochaines élections, les candidats misent sur la liberté individuelle, le développement économique, l’identité québécoise, la justice sociale, le respect de la société civile, l’appartenance canadienne et l’équité intergénérationnelle.

Le Parti Québécois

Sur l’échelle politique, le PQ est de centre-gauche. Par contre, certaines de ses valeurs tendent vers le centre-droit. Ses membres sont indépendantistes et nationalistes. Ce parti est généralement l’opposition officielle du PLQ. Ses idéologies se basent surtout sur l’égalité des chances et le nationalisme québécois. La culture francophone est quelque chose de primordial à protéger, selon le PQ. Sous son gouvernement, il a apporté plusieurs outils pour améliorer la justice sociale et pour un développement économique basé sur l’aspect social et culturel du Québec. Lors du Printemps érable, il s’opposait à l’augmentation des droits de scolarité, ce qui lui a permis de revenir au pouvoir, mais pour une courte période seulement. Le projet de la Charte de la laïcité a faire perdre beaucoup de partisans chez le PQ. Cette même année, Pauline Marois s’est fait battre dans son propre comté et a donné sa démission. Voici quelques-unes des principales réalisations du parti : la Charte de la langue française, le Droit à la non-discrimination des homosexuels, la SAAQ, le ministère de l’Environnement, le droit à la non-discrimination des femmes enceintes, l’équité salariale, la création du régime public d’assurance-maladie, la fin du nucléaire, la fin de l’amiante et la date fixe des élections. Finalement, en 1976, les membres du parti ont élu pour la première fois un homme de couleur à l’Assemblée nationale, et Pauline Marois, en 2013, fut la première Première ministre du Québec. On leur doit également le Comité national des jeunes, qui s’adresse aux jeunes de 16 à 30 ans pour défendre leurs intérêts à l’intérieur du parti. Pour les élections 2018, les membres du PQ veulent promouvoir l’indépendance du Québec, favoriser le pouvoir en régions, favoriser la langue française, être indépendant économiquement du pouvoir fédéral, protéger et préserver l’environnement, faire de l’espace public un environnement équitable, sans discrimination, et donner l’égalité des chances.

La Coalition avenir Québec

Sur l’échelle politique, la CAQ est de centre-droit. Le parti a été créé en 2011, ce qui en fait un parti récent. Ses valeurs principales sont le nationalisme, l’autonomie et le conservatisme québécois. Le parti est composé de tous les horizons politiques : plusieurs membres sont issus du PQ et du PLQ. De ce fait, nous retrouvons autant des valeurs du PQ que du PLQ, au sein de ce parti. Au départ, la coalition ne servait qu’à donner des recommandations aux partis. Par ailleurs, pour mieux promouvoir ses idées, les membres ont créé le parti la même année. La CAQ est pour la préservation de la culture québécoise, tout en restant une province du Canada. Elle souhaite donner plus aux familles et réduire l’immigration pour favoriser l’intégration des immigrants au Québec et à la culture québécoise. Le parti n’a jamais été au pouvoir, il formait le deuxième groupe d’opposition. Pour les élections 2018, s’ils sont élus, ils veulent interdire le port de signes religieux chez le personnel en position d’autorité, une francisation des immigrants à 100%, soutenir les grandes familles, favoriser l’entrée à la pré-maternelle à 4 ans et l’école jusqu’à minimum 18 ans ou jusqu’à la diplomation, l’exportation de l’électricité, la décentralisation des villes, le mode de scrutin proportionnel mixte, un processus transparent pour l’attribution des juges et plus encore.

Québec Solidaire

Selon l’échelle politique, Québec Solidaire serait de gauche. Ce parti a été fondé en 2006. Ses membres sont des progressistes sociaux. Les principaux porte-paroles étaient Françoise David et Amir Kadhir jusqu’en 2016, où Gabriel Nadeau-Dubois fut recruté. Ce dernier était un des porte-parole du Printemps érable. Le 5 octobre, Option nationale et Québec Solidaire ont fusionné. Le parti souhaite la parité homme/femme à l’Assemblée nationale. Québec Solidaire a un programme défini, mais celui-ci n’est pas un programme à court-terme (il s’échelonne sur quatre ans, en prévoyance d’un prochain mandat). Il comporte donc des réalisations à long-terme. Lors du dernier mandat, le parti comptait trois députés siégeant à l’Assemblée nationale. Son souhait : l’indépendance du Québec, un nationalisme moderne, un mode de scrutin proportionnel, la lutte contre les changements climatiques, une économie respectant les humains et la planète, une bonne gestion de nos ressources, réduire le temps de travail, augmenter le salaire minimum à 15$ de l’heure, avoir un régime public de santé dentaire et plus encore.

Pour vous aider à vous situer par rapport aux différents partis, vous pouvez faire le test de la Boussole électorale : boussole.radio-canada.ca.

Autres liens pertinents :

Source photo de couverture: Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de