Menu

Vivre seul.e (ou mon best of des p’tits plaisirs au quotidien)

Beaucoup de gens voient le fait d’habiter seul.e, surtout si t’es en couple, comme quelque chose d’un peu weird. Comme si apprécier sa solitude rendait inévitablement antipathique ou nous ramenait à des instincts de bête sauvage qui mange sa viande à même les gazelles agonisantes. Ben non. Je dirais même qu’avoir une couple d’heures « hors société » refrène souvent bien des envies de mordre ou de balancer des obscénités à la face des gens.

La société actuelle nous propose un beau p’tit modèle des « étapes normales » à suivre qui va comme suit : t’es une personne à part entière, tu rencontres quelqu’un, vous êtes en couple, déménagez ensemble, achetez un chien (une fois que vous avez passé le test de garder votre première plante verte en vie) pis pensez à faire des kids.

Loin de moi l’idée de critiquer ceux à qui ça correspond ou de décréter que de vivre à deux étouffe inévitablement l’autre. Non! C’est juste que ça ne convient pas à tous.

Parce que c’est correct, aussi, de se crisser des conventions.

À chacun ses besoins.

Aujourd’hui, j’ai eu envie de vous parler des plaisirs innocents qui viennent avec la vie en solo. J’ai demandé à un ami qui habite seul, lui aussi, de me partager ses propres bonheurs quotidiens. Voici une compilation niaiseuse de nos p’tites joies.

Moi

  • Décorer comme tu veux. Fuck le feng shui ou les décoratrices. C’est quand même chez toi, non?
  • Accumuler sans te faire juger plein de trucs qui, malgré toutes tes bonnes intentions, ne te serviront probablement jamais.
  • Pouvoir prendre ton café sans parler le matin et n’avoir personne pour te dire : « Coudonc, t’es donc ben bête! »
  • Se dispenser des compétitions de « lever-baisser » le chauffage chacun son tour.
  • Faire pipi la porte ouverte. Bon… pas que je me gêne trop d’habitude…
  • Ne pas ramasser des poils de barbe collés sur ton tube de dentifrice.
  • Te parler à voix haute.
  • Te répondre à voix haute.
  • Rire de la blague que tu viens de te raconter.
  • Ne pas t’asseoir le cul dans l’eau, en pleine nuit, parce que l’autre n’a pas rebaissé le siège de la toilette.
  • Sacrer la vaisselle sale dans un bac sous l’évier pour l’oublier. Je conseille un bon gros bac.
  • Te payer le luxe d’avoir un fer à repasser pis de pas t’en servir.
  • Être assuré.e que le rouleau de papier-Q est toujours placé de la bonne façon : soit les feuilles qui déroulent PAR EN DESSOUS. Désolée de le dire.
  • Faire le ménage quand tu veux. Dans mon cas, ne pas faire le ménage quand tu veux.
  • Pouvoir laver tes armoires de cuisine, si une bulle te prend à 3 h 46 du matin, sans devoir affronter le regard de l’autre qui se demande c’est quoi ton problème.
  • N’avoir personne qui t’arrache une couette de cheveux qu’il a de pognée sous le bras en se retournant pendant la nuit.
  • Pouvoir laisser sécher sur le comptoir ta coupe menstruelle ou tout autre objet servant dans la même région.

Monsieur M. (J’ai décidé de préserver son anonymat à cause de certaines réponses plus gênantes.)

  • T’habiller sans nécessairement avoir suivi le cours « agencement 101 ».
  • Éviter des étapes facultatives de rangement en choisissant tes vêtements à même la sécheuse.
  • Écouter en boucle tes plaisirs coupables musicaux.
    * Je trouvais pas ça si terrible jusqu’à ce que j’apprenne qu’il s’agit de Poupée de cire, poupée de son. De là l’anonymat…
  • Sentir tes vieux bas avant de les remettre, pour tester leur viabilité.
  • T’acheter des nouveaux bas au lieu de laver les vieux.
  • Conserver tes vieux bas troués tant et aussi longtemps que tes orteils n’en sortent pas.
  • Se déculpabiliser de ne pas avoir mangé ta portion de légumes de la journée en te rappelant qu’il y a toujours bien des patates dans une poutine.

Réponses communes

  • Boire à même la pinte de lait (un classique non négligeable).
  • Manger à même le plat pour ne pas salir d’assiette (à deux, t’as pas le choix).
  • Tracer des constellations en reliant les spots de pâte à dents sur le miroir de la salle de bain.
  • Porter tes vieux T-shirts mous à outrance.
  • Sentir tes vêtements pour les dispatcher : lavage ou gros tas « pas propre, mais pas sale non plus ».
  • Laisser le beurre plein de graines de toast.
  • Garder le couteau avec lequel t’as coupé tes légumes pour piger dans ton beurre quand tu cuisines (toujours surprenant, le lendemain, quand ta toast goûte les oignons).
  • Faire l’épicerie sans avoir à t’obstiner sur ce qui est « santé » ou en rabais, savoir exactement c’que t’as besoin pis connaître l’itinéraire parfait à travers les allées pour maximiser la rapidité d’exécution.
  • Réutiliser longtemps la même serviette en sortant de la douche. T’es propre, criss.
  • Te coucher et te lever quand tu veux sans avoir l’impression de fucker la journée de l’autre.
  • Te fier à ton instinct pour savoir quand changer tes draps. Monsieur M. a une méthode précise : « quand je me demande c’est quand la dernière fois que je l’ai fait, c’est le temps ».
  • Te crisser de la date de péremption inscrite sur les produits. Y aller avec l’odeur ou le visuel.
  • Abuser du snooze avec délectation.
  • Passer la balayeuse seulement quand tu vois des boules de poils rouler sous ton nez pis que tu te mets à entendre le thème musical d’Il était une fois dans l’ouest dans ta tête (on s’entend que sur du Corneille, ça serait pas pareil).
  • Écouter les séries qui te tentent. Monsieur M. aime passer d’un documentaire sur les opérations d’avions-commandos durant la Seconde Guerre mondiale à une émission de compétition du gâteau le plus raté. Difficile de partager ça avec quelqu’un.
  • Être en symbiose totale avec son animal de compagnie, qui ne sera peut-être pas la meilleure personne pour souper en tête-à-tête, mais qui sera toujours à tes côtés au cas où t’échapperais un brocoli.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre