Menu

Vieille, ridée et tatouée

Des fleurs, des animaux, des portraits de personnes chères, des paysages, des phrases significatives, des objets loufoques, des représentations d’endroits ou de bâtiments particuliers… Voilà tant de choses qui peuvent orner la peau d’un grand nombre de personnes. Il est d’ailleurs fort probable que, tout comme moi, tu fasses partie de ceux qui sont tatoués!

En 2018, les modifications corporelles comme les piercings ou les tatouages ne sortent définitivement plus de l’ordinaire et sont généralement acceptées. Malgré une perception relativement positive, on croise encore certaines personnes dont l’étroitesse d’esprit doit les faire sentir claustrophobes par moment et dont les préjugés semblent avoir des décennies de décalage horaire. Il y a quelques semaines, j’étais au centre commercial en shorts, en file pour payer mes articles, bien sagement. Mes deux cuisses tatouées bien visibles ont attiré l’attention d’un homme plus âgé, qui devait manifestement se sentir assez interpelé par l’encre sur ma peau pour se permettre de me partager sa sagesse :

« Ouain, c’est dommage être barbouillée comme ça, ça gâche toute! »

Sur le coup, je suis bouche-bée en lâchant un faible « Ben voyons donc. », parce que c’est toujours dans des moments comme ça que ma répartie semble m’abandonner et que je reste sans mots. Non seulement on s’en prenait à une partie de moi que j’aime beaucoup, mais on se permettait de me donner une opinion de ce que je devrais plutôt avoir l’air en tant que femme. Moi, je ne vais pas voir les gens en commentant leur coupe de cheveux ratée… alors pourquoi critiquer ouvertement mes tatouages? J’aurais définitivement aimé lui faire savoir comme son commentaire non-sollicité était déplacé et offensant, lui dire à quel point je le trouvais irrespectueux et que c’était plutôt sa stupidité qui venait gâcher sa personne. Mais je n’ai rien dit, je ne savais pas comment réagir à cette remarque sans faire de scène dans ce magasin à grande surface. Je me reprends donc dans cet article, et j’en profite pour m’adresser à toutes les idées fausses et autres préjugés qui visent les tatouages.

Premièrement, il faut savoir que dès que l’aiguille touche ton épiderme, c’est le début de la dépendance. Ton tatouage est à peine terminé que tu penses déjà aux prochains ajouts, à quels endroits tu les voudrais, à repérer des tatoueurs qui te plaisent.

Je considère le tatouage comme un art exceptionnel et j’admire les artistes qui usent de leur créativité et de leur habileté pour t’enjoliver. Parce que, pour moi qui affectionne cette forme artistique, j’estime qu’il n’y a pas de meilleure toile ou canevas que mon corps pour les afficher.

Mes tatouages sont à des endroits peu apparents, donc plusieurs ignorent que j’en ai à moins d’en parler ou de les voir selon ce que je porte. Étant une presqu’enseignante, ça surprend un peu parfois. C’est peut-être pour ça aussi qu’on me pose beaucoup de questions ou qu’on me fait des remarques, généralement alimentées par une curiosité qui n’est pas mal intentionnée, et c’est bien correct! Toutefois, j’entends beaucoup de choses qui me font l’effet d’ongles qui glissent sur un tableau, pis là, faut qu’on règle ça.

« Oui mais, t’as bien conscience que c’est permanent, pour la vie sur toi? » Euh, oui, et j’espère bien! Au prix et au temps que j’y ai investis, c’est bien voulu que ça dure pour toujours!

« Ça ne fait pas super professionnel, tu n’as pas peur de te faire refuser des emplois à cause de ça? » Si un futur employeur s’arrête à mon apparence pour juger si oui ou non je suis qualifiée pour l’emploi et applique une telle forme de discrimination… ce n’est définitivement pas le genre de personne pour qui je veux travailler! Mes tattoos, qui sont tout à fait convenables et aucunement à caractère vulgaire, ne déterminent pas mon niveau de compétence.

« Tu n’as pas peur des les regretter un jour? » Chaque tatouage que je choisis de faire signifie quelque chose à mes yeux. Ce sont des traces qui marquent des moments importants de ma vie. Ils me rappelleront toujours ce que je pensais, ressentais ou vivais à cette période précise de ma vie. Et puis, on ne devrait jamais avoir de regrets dans la vie, et pas juste pour les tatouages!

« C’est joli pour le moment, mais quand tu vas vieillir, ça ne sera pas beau! » Je vais t’annoncer quelque chose : on va tous vieillir, nos corps vont changer et se ramollir. Toi aussi, ta peau deviendra plus flasque et crevassée pour témoigner du poids des années. La seule différence, c’est que moi, je serai un peu plus colorée. Je serai fièrement vieille, ridée et tatouée.

Mon corps m’appartient pour toute la vie, c’est la seule chose que j’aurai en permanence jusqu’à mon dernier souffle : c’est ma façon de me l’approprier et de le distinguer des autres masses de peaux dans la marée humaine. Ce sont mes choix, et je continuerai donc à y ajouter des dessins au gré des moments clés de ma vie, et ce, sans ressentir le besoin de me justifier à qui que ce soit.

Source : Foter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de