Menu

T’es pas « plate » parce que tu ne bois pas d’alcool

Pour une multitude de raisons, que ce soit par choix ou par obligation, la consommation d’alcool peut être proscrite à un certain moment de notre vie.

Le point est qu’à la plupart des journées qui passent, nous avons l’occasion de boire de l’alcool. C’est une activité socialement acceptable, répandue, et même habituelle. Mais toi, tu ne peux ou ne veux pas à ce moment-là; ta santé ne te le permet pas ou tu n’en as pas du tout envie. Alors par défaut; t’es plate/straight/pas de party/matante/mamie/alouette. T’as pas envie de te justifier, mais surtout, tu N’AS PAS à te justifier. Les préjugés concernant les personnes qui ne souhaitent pas consommer d’alcool n’ont vraiment pas lieu d’être, et il faut s’en défaire.

Être confronté à sa propre consommation d’alcool, ça amène à se poser beaucoup de questions par rapport à notre quotidien, notre productivité, nos rapports aux autres. La personne que nous sommes sous l’effet de l’alcool est-elle la même que celle que nous voulons être? Est-ce que nous prenons un rôle au sein d’un groupe à cause de notre consommation d’alcool, de l’effet qu’elle a sur nous?

C’est important de ne pas juger les autres, qu’ils consomment ou pas. Pourquoi laisser les autres nous dire qu’on est plate, qu’on ne cadre pas dans l’idée qu’ils ont d’une belle soirée?

Faut se le dire, ces paroles sont blessantes, et plutôt que d’attaquer la personne qui ne boit pas, on pourrait discuter avec elle, comprendre ses motivations, et se questionner sur nos habitudes. Dans l’autre qui ne boit pas, tu peux peut-être trouver un allié, quelqu’un qui aime garder le contrôle d’une soirée et surveiller les autres, quelqu’un qui veut s’assurer que tout le monde rentre bien à la maison, quelqu’un qui est beaucoup plus profond et enrichissant à connaître que juste quelqu’un qui ne boit pas. Et puis, de toute manière, depuis quand ne pas boire est synonyme d’être plate? La personne qui ne boit pas est peut-être celle qui fera lever le party, qui se couchera tard et qui rira le plus fort. Une chose est sûre, elle se rappellera consciemment et très bien de sa soirée.

En diminuant ma consommation d’alcool, j’ai l’impression d’accorder du temps à des passions que j’ai et avec lesquelles j’avais peut-être pris un peu de distance pour «  aller prendre une bière ».

J’ai aussi renoué avec le goût de l’alcool et le fait que j’aime déguster, pas me péter la face. Découvrir ou redécouvrir les goûts riches des produits, en étant en forme le lendemain.

La consommation d’alcool est relative et propre aux besoins, désirs et habitudes de chacun. Rien n’est cristallisé dans une vie, alors elle pourra varier avec le temps autant qu’elle pourra demeurer stable. Le tout est une question d’équilibre et de liberté de choix, sans peur d’être jugé. La pression des pairs est souvent forte quand vient le temps de parler de consommation, et il importe que nous la diminuions.

Tu as besoin d’aide? Tu as des questions? Tu peux notamment te référer à la Fondation Jean Lapointe et Éduc’alcool.

Source photo de couverture: Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de