Menu

L’amitié, c’est du crémage

On dit que les amis, c’est la famille qu’on se choisit.

Les vrais amis. Pas ceux qui te flushent quand t’as plus rien de bon à leur apporter ou que tu leur tiens un peu trop tête à leur goût. Non. Les vrais.

Ceux qui sont là depuis longtemps. Ou, enfin, depuis assez longtemps pour t’avoir vu.e sous toutes tes coutures : celles qui n’ont pas tenu, celles où c’était évident que ça ne tiendrait pas, les coutures où t’as laissé trop de lousse, celles avec lesquelles t’as tenté, avec beaucoup trop d’efforts, de réunir un morceau de blanc et un morceau de noir…

Oui, certains moments de vie décousus, mais d’autres de grandes joies aussi.

Ces amis qui t’ont entendu.e mille fois essayer de les convaincre de quelque chose, pis qui t’ont aimé.e même s’ils n’étaient crissement pas d’accord. Qui t’ont laissé vivre ce que t’avais à vivre. Qui t’ont vu.e t’embourber dans un million de situations abracadabrantes, mais qui, au lieu de te critiquer, étaient simplement au bout du chemin pour te tendre la main.

C’est de cette magnifique espèce d’êtres humains dont je vous parle : la race des vaillants, des loyaux. Celle qui fait souvent toute la différence quand rien ne va plus. Parce qu’on va se le dire, la vie, c’est pas un gâteau aux cerises tous les jours…

Ben, mes amis à moi, c’est comme du crémage. Quand le gâteau de ma vie a bien levé, qu’il est haut et doré, la belle couche de « fluff » coloré sur le dessus rend le tout encore plus festif.

Pis quand, d’autres fois, le gâteau est resté collé dans le moule (ou qu’il a carrément cramé au four), ben le crémage, lui, y’est là pareil. Moins explosif, mais plus rassurant : tu te mets en boule dans le divan, pis tu le manges à la p’tite cuillère à même le pot.

Souvent, on ne se rend plus vraiment compte de ce qu’on a dans la vie. On perd de vue l’essentiel; on se borne à courir après ce qu’on « devrait » avoir. Après ce qu’on « voudrait » avoir. Après ce qu’on « croit » nécessaire.

Ce qui est sous nos yeux, le vrai, le précieux, on ne le voit presque plus.

Dans ces temps-là, j’aime m’arrêter un moment pour me rappeler la chance que j’ai d’avoir du crémage plein ma vie.

L’amitié, ce n’est pas simple, ce n’est pas acquis, ce n’est pas gratuit;

L’amitié, ce n’est pas non plus être irréprochable ou parfait;

Ça ne se calcule pas par le nombre de « je t’aime » ou de mots gentils.

L’amitié, c’est parfois être déçu ou fâché, mais pardonner sincèrement;

C’est regretter quelques fois et apprendre à s’excuser;

C’est une grande chance qui n’a que l’honnêteté et la sincérité comme unités de mesure.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2018. Tous droits réservés
Une réalisation de