Menu

Ma Côte-Nord d’amour

J’adore la ville de Québec. Depuis que je m’y suis installée il y a six ans, je ne cesse de découvrir de nouvelles activités, de nouveaux lieux toujours plus divertissants les uns que les autres. Cette ville comble mes besoins en littérature et en sorties culturelles. Bref, il y a tout pour nourrir mon imaginaire.

J’aime Québec, mais parfois, il faut s’éloigner pour pouvoir mieux se retrouver et c’est ce que j’ai fait en faisant un petit retour aux sources cet été. Mon lieu de prédilection : la Côte-Nord.

Je n’y étais pas retournée depuis six ans durant l’été. J’y suis allée quelques fois l’hiver, mais sans plus. Un appel de la mer et de la forêt (ou la pression de mes amies d’enfance) a fait en sorte que j’ai fait le grand saut pour me retrouver dans un petit chalet en pleine forêt à Pointe-aux-Outardes.

Première constatation : j’avais oublié comment on pouvait se faire piquer par les moustiques à ce point. Même à travers les vêtements. À travers des bas et un pantalon par dessus lesdits bas. Conclusion : les moustiques ont eu une sorte de mutation génétique leur permettant de transcender la matière.

Toutefois, ce qui m’a coupé le souffle a été la beauté du ciel la nuit.

Car, voyez-vous, en ville, les trois ou quatre étoiles qu’on réussit à voir ne représentent en rien un ciel étoilé. La pollution visuelle nous fait rapidement oublier que la nature se déploie au-delà des mers et des arbres.

Je me suis donc retrouvée en pleine forêt, devant un feu, à contempler les cieux. Oui, je dis bien les cieux, puisque je me retrouvais face à une immensité qui m’avait été longtemps familière, tenue pour acquise, et que j’ai oubliée avec la magie de la ville.

En regardant les perséides, je me suis promis que jamais je n’oublierais un véritable ciel étoilé de nouveau.

La mer m’avait beaucoup manqué aussi. Les plages qui se prolongent sur plusieurs kilomètres avec leurs coquillages recouvrant le rivage. J’ai longtemps fixé l’horizon et ce fut aussi thérapeutique qu’une bonne discussion sur les états d’âme.

J’ai constaté que je m’ennuyais des régions sans m’en rendre compte. Que je m’étais longtemps éloignée de petits plaisirs simples et de petits lieux traditionnels témoins de leur temps. Que je pouvais aimer à la fois la ville et les régions. Que je m’ennuyais d’une simple étoile à voir la nuit.

Un retour aux sources m’a permis de me reconnecter avec ce que je suis à la base, puisque c’est cette région qui m’a permis de me bâtir. J’ai retrouvé des amies que je vois une à deux fois par an. Pourtant, on reprend tout là où l’on était rendues, comme si on ne s’était jamais éloignées.

À tous ceux et celles qui sont resté.e.s trop longtemps enfermé.e.s dans le carcan de la ville, sortez! Découvrez ce dont les régions du Québec regorgent.

Petites recommandations de destinations et d’activités sur la Côte-Nord :

  • Passer à la microbrasserie St-Pancrace à Baie-Comeau
  • Louer un nichoir au Parc Nature de Pointe-aux-Outardes
  • Observer les baleines danser à Tadoussac
  • Se rendre à la fin de la route 138 juste pour le défi
  • Longer la plage de Pointe-Lebel

Source photo de couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de