Menu

Des petits gestes à poser tous les jours pour aider notre planète

Ça fait des années qu’on sonne l’alarme de plusieurs façons. Les spécialistes se font de plus en plus insistants. Chaque jour, on le lit sur nos fils d’actualité et dans les journaux. On l’entend de la bouche d’experts et de chroniqueurs à la radio et à la télévision. On le voit autour de nous dans les villes et village du monde entier : la planète va mal.

En bon citoyen que nous sommes, on regarde les choses aller en se disant que, seul, on ne peut pas faire grand-chose. Pour se sentir moins coupable, on post ou on partage des messages d’attention sur les médias sociaux tout en se disant qu’on a fait notre part. Après tout,  pourquoi on se priverait alors que les autres continuent de consommer ?

En vieillissant, j’ai envie de devenir plus responsable. J’ai envie d’arrêter de mettre la faute sur les autres. J’ai réalisé qu’à moi seul je peux changer les choses, un battement d’aile à la fois. L’effet papillon, ça te dit quelque chose? Cette métaphore relève d’un principe simple, comme quoi chaque geste que l’on pose crée une chaîne d’événements qui finissent par avoir un impact sur notre milieu, allant même jusqu’à influencer l’univers tout entier.

C’est sûrement à cause de l’effet papillon que le monde est comme il est. Si chaque humain consomme un certain nombre de choses par jour, ces choses se multiplient et ça fini par faire des millions de choses qui se promènent dans l’univers. La bonne nouvelle, c’est que, plus je lis, plus je me rends compte que les gens se mobilisent et pensent comme moi. Après tout, c’est en devenant conscient qu’on est devant un problème qu’on peut travailler à y trouver des solutions. En tant qu’individu vivant en société, il est de notre devoir de nous mettre à changer les choses, un battement d’aile à la fois.

En diminuant notre consommation d’eau

  • Arrêter l’eau lorsqu’on se brosse les dents;
  • limiter notre temps dans la douche;
  • utiliser le lave-vaisselle seulement lorsqu’il est plein;
  • utiliser la laveuse le moins de fois possible durant la semaine;
  • arroser la pelouse lorsque nécessaire et éviter d’envoyer le jet jusque dans la rue.

N’oublions pas que notre eau, nous la payons collectivement grâce à nos taxes. Elle a donc beaucoup plus de valeur que celle qu’on peut se procurer à 0,69$ dans un dépanneur. L’eau n’est pas une ressource inépuisable, alors il est important de l’utiliser intelligemment.

En diminuant notre consommation d’énergie

  • Éteindre les lumières;
  • ne pas laisser les électroménagers branchés lorsqu’ils ne sont pas utilisés;
  • utiliser la corde à linge lorsque la température le permet;
  • fermer le chauffage lorsque nécessaire et maintenir une température ambiante stable;
  • débrancher les consoles de jeux, ordinateurs et téléviseurs lorsqu’ils ne sont pas utilisés;
  • utiliser le barbecue lorsque la température le permet.

Il ne faut pas oublier que, même en veille, les appareils électriques peuvent consommer de l’énergie.

En éliminant le plastique de notre mode de consommation

  • Se procurer une gourde et une tasse de voyage funky;
  • se procurer des sacs réutilisables personnalisés et pratiques;
  • demander un verre sans paille;
  • dire à l’emballeur de ne pas rajouter de sac pour la viande et les fruits et légumes que nous n’avons pas emballés ;
  • prioriser l’achat d’aliments dans du carton ou du verre.

Selon le National Geographic, « [c]haque jour, les américains utilisent près de 500 millions de pailles. » Pire, « près d’un million de bouteilles en plastique sont vendues chaque minute. » Ajoutons à cela que « 1000 milliards de sacs en plastiques sont utilisés chaque années à travers le monde. » Ce qui est encore plus alarmant, c’est que « plus de 40% des objets de plastiques sont utilisés une seule fois avant d’être jetés. » De plus, la plupart de ces objets se retrouvent dans nos océans et mettent en danger la vie de plusieurs être vivants. Il est temps d’éliminer le plastique de nos vies.

En réduisant notre consommation d’essence

  • Utiliser la voiture seulement lorsque c’est nécessaire;
  • covoiturer ou proposer de le faire;
  • utiliser les transports en communs;
  • acheter des produits locaux;
  • tenter de se déplacer pour faire ses courses à un endroit où on peut tout trouver à proximité ;
  • prioriser les voitures électriques ou à faible consommation d’essence lorsqu’on magasine son nouveau modèle.

Chacune des pratiques énumérées ci-haut est simple. Elles sont non seulement bonnes pour l’environnement, mais également pour le portefeuille. En diminuant la consommation d’eau et d’énergie, il est possible d’économiser de l’argent sur sa facture d’électricité, de chauffage et, à plus grande échelle, peut-être même sur les taxes municipales. En laissant les éléments de plastiques de côté, les producteurs n’auront pas le choix d’innover pour offrir d’autres alternatives. Il ne faut pas oublier qu’en consommant des produits locaux, nous devenons une société de plus en plus autonome. Le Canada est un pays plein de ressources ; servons-nous en avant d’aller voir ailleurs.

Le plus important aujourd’hui, c’est que nous n’avons pas nécessairement besoin de sortir en groupe pour manifester afin de nous faire entendre. Nous pouvons le faire à chaque jour en changeant nos habitudes de consommation. C’est le principe économique simple de l’offre et de la demande. Pour que l’offre se renouvelle, il faut que la demande change. En tant que consommateur.trices, c’est nous qui détenons le plus grand pouvoir. Si nous nous mettons à battre des ailes tous ensemble, ça risque de créer tout un ouragan de changement.

Arrêtons de chercher de la vie sur d’autres planètes et occupons-nous de bien utiliser les ressources que la nôtre possède déjà ; de prendre soin de notre environnement comme on prend soin des gens qu’on aime. À partir de maintenant, pour notre bien et celui des générations futures, consommons plus intelligemment.

Source photo de couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de