Menu

Voir le bon côté des choses

Être positif, c’est se faire le cadeau d’une liberté que personne ne peut te prendre. C’est se donner le choix, à tous les jours, d’adopter une vision du monde qui t’appartient. C’est prendre volontairement conscience de ce qui t’entoure et apprécier jusqu’à la plus petite chose, être reconnaissant des chances qui se trouvent là où on veut bien les voir si on s’en donne la peine. C’est faire la paix avec les inconvénients mineurs pour mieux profiter du bon côté des choses. Le positivisme, c’est un peu toujours avoir avec soi un parapluie pour affronter les petites averses et autres tempêtes de la vie.

Je me qualifie depuis toujours comme une personne fondamentalement positive; c’est un réflexe qui est présent depuis toujours chez moi. Je suis reconnue par mon entourage comme étant la fille positive, qui a toujours des solutions à tout et qui garde le sourire peu importe le moment. C’est probablement cette attitude qui me rend invitante pour accueillir les confidences de ceux et celles à la recherche de conseils ou d’un peu de réconfort, et ça me fait d’ailleurs plaisir de faire mon possible pour aider ceux que j’aime.

Je suis aussi plutôt pragmatique, donc face à une problématique, je vais m’assurer d’avoir toutes les informations nécessaires pour bien comprendre et explorer les possibilités. Mais une chose est certaine, c’est que je vais tenter de trouver les meilleures solutions possibles, et de te faire voir que les choses ne sont souvent pas aussi terribles qu’on le croit.

On me demande ainsi parfois comment je fais pour avoir cette attitude optimiste, pour trouver du beau même dans les choses laides.

Comme je te disais, ça a toujours été inné chez moi. Ça ne m’en prend pas gros pour me donner le sourire, pis aussi cliché que ça sonne, mon bonheur, je le trouve d’abord dans les petites choses. Moi, y’a rien qui me rend plus heureuse que de me souvenir que je n’ai pas de maquillage et que je peux me frotter les yeux allégrement. Ou bien avoir un chien qui vient me donner un petit bec mouillé du bout de sa truffe. Mettre du linge qui sort de la sécheuse, encore chaud et qui sent bon.

Ce que j’essaie de te dire, c’est que si tu prends le temps d’y réfléchir, y’a sûrement plein de choses dans ta vie dont tu peux te réjouir. Souvent, le bonheur se trouve pas mal moins loin qu’on le pense. Des fois il se cache dans le rire contagieux d’un enfant, dans les saveurs d’un plat fait maison, dans la mélodie d’une chanson, dans les couleurs d’un paysage ou bien dans les bras d’un amour. Le bonheur est partout, chacun a sa façon de le ressentir. Une fois que t’as compris à quel point les possibilités d’apprécier la vie sont nombreuses, ça devient beaucoup plus facile d’affronter les moments plus sombres ou déplaisants, et ça te tente moins de gaspiller ton énergie sur ceux-ci.

Dès que tu conditionnes ton esprit à repérer les belles choses autour de toi, il sera automatiquement plus porté à vouloir le faire même lors de périodes plus négatives.

Et être positif ne veut pas nécessairement dire qu’on l’est 24h sur 24, 7 jours sur 7, et qu’on ne ressent aucune négativité! Le truc, c’est justement d’avoir conscience de ses pensées négatives et de tenter de les canaliser vers une réflexion ou une action positive.

C’est de se dire aussi qu’on ne sait jamais d’avance ce qui va se présenter à nous dans la vie. On ne choisit pas ce qui nous arrive, mais on peut toujours choisir de quelle manière nous allons y réagir. Ton cours a été annulé mais tu l’as su seulement rendu à l’école? Tu pourrais chialer et te dire que tu viens de perdre du temps, aller bouder dans un coin… ou bien tu peux te dire « Ah, eh bien tant qu’à être levé, autant en profiter pour aller prendre un bon déjeuner et avancer mes lectures! » Ton chandail a rétréci au lavage? C’est dommage, mais peut-être que tu pourrais le réutiliser autrement ou le donner à quelqu’un d’autre. Tu vois, y’a toujours au moins deux façons de voir la vie. C’est de se concentrer sur celui qui met en valeur le bon côté des choses!

La pensée positive ne veut pas non plus dire qu’on doit tout accepter. Parfois, il y a simplement des choses hors de notre contrôle ou qui se heurtent à nos limites personnelles. C’est d’apprendre à faire avec elles, trouver une façon de s’adapter pour continuer d’avancer, parce que tu le veux.

Tu vois, je crois que le positivisme, ça s’apprend, avec un peu de temps et de pratique. Pis c’est correct aussi de se laisser un peu aller à la négativité, à la déprime de temps en temps; c’est vrai qu’on ne vit pas dans un monde entièrement rose et parfait. L’important, c’est juste de savoir retrouver son équilibre et sa lumière, et se rappeler qu’au bout de la ligne, ça va bien aller. Promis.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2018. Tous droits réservés
Une réalisation de