Menu

Comment survivre à sa vingtaine?

Au secondaire, genre à 16 ans, j’étais ben confus. Je savais pas qui j’étais, du moins pas totalement et je m’empêchais de le devenir. Je savais pas ce que je voulais faire plus tard, je savais pas où je m’en allais dans la vie. Je voulais être différent et en même temps, fitter dans le moule.

C’est pas tant loin derrière moi, j’ai seulement 21 ans, mais en cinq ans, il se passe pas mal de choses. J’ai quitté la région pour la ville, j’ai quitté le nid familial pour aller en appart, je suis à l’université, je travaille entre temps, j’ai fait de nouvelles rencontres. Je me suis bâti une autre vie ailleurs, différente de tout ce que j’ai jamais connu. Parfois j’y pense, pis ça me fuck.

Être dans sa vingtaine, c’est ça, je pense : c’est ben beau, c’est ben le fun pis c’est ben fuckant par moment. Parce qu’autant que t’es souvent entouré, que ce soit par le monde dans tes cours ou le monde à ta job, quand tu reviens chez vous et que t’as des travaux, du ménage, de la cuisine à faire, des factures à payer et ton horaire et ta vie à gérer; tu fais tout ça tout seul.

Être dans sa vingtaine, c’est apprendre à se connaître au travers de toutes les situations possibles que t’as à gérer, c’est apprendre à la dure ce qui est bon ou pas pour toi, c’est prendre de bonnes et (trop) souvent de mauvaises décisions : c’est apprendre à dépendre seulement de soi-même.

C’est aussi de la pression. T’as la pression de réussir tes cours, t’as la pression de te placer parce que tes amis ont fini leur maîtrise alors que toi t’entâmes ton troisième bac parce que dans le fond, t’es pas vraiment certain de ce que tu veux faire dans la vie. Tu te remets en question, tu remets ta vie complète en question. T’as la job et t’as des trucs à faire, mais t’as des amis pis t’as une famille qui veut te voir aussi, mais t’as à peine de temps pour toi pour respirer.

***

Être dans sa vingtaine, c’est apprendre qu’être égoïste, ça veut pas dire être méchant, ça veut seulement dire que tu te mets en premier de temps en temps pis que c’est correct.

La vingtaine, c’est le moment de ta vie où t’es aussi confus que quand t’avais 16 ans, mais la différence, c’est que tu te connais beaucoup mieux et que t’as beaucoup plus de bagage que dans le temps.

Faique comment survivre à tout ça maintenant? Sérieux, je le sais pas, pis si quelqu’un a la réponse, faites-moi signe au plus sacrant. Bon, j’ai juste 21 ans, je suis encore en train de découvrir tout ça par moi-même, pis c’est pas facile par bout, mais je suis encore là, donc c’est bon signe.

C’est peut-être juste le début d’une réponse, mais s’il y a quelque chose que j’ai compris, c’est qu’il faut apprendre à laisser aller. Laisser aller le stress, laisser aller les mauvaises situations, laisser aller les gens qui nous font plus de mal que de bien. Se laisser aller soi-même, dans le fond. Parce que quand t’es honnête pis quand t’es toi-même, y’a que du bon qui arrive. Pas sur le coup nécessairement, mais le bon est jamais ben loin.

Crédit photo: Martin Dufresne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de