Menu

Trois romans sur l’amour LGBT à apprécier

À tous ceux et celles qui se sont battus pour s’aimer librement…

L’amour se déploie sous plusieurs formes.
C’est cette pluralité d’états qui m’encourage à rédiger un article sur l’une de ses formes.
Car, après tout, elle n’est pas différente d’une autre.

Je tiens à souligner le courage de ceux et celles qui n’ont jamais cessé de lever le ton.
Au nom de leur liberté et de celle des autres.

Je souhaite souligner l’ouverture d’esprit de ceux et celles qui ont simplement su écouter et accepter. Puisqu’il ne peut y avoir d’amour sans tolérance.

J’ose croire que, juste par l’évolution de notre culture et de nos champs littéraires, peu importe sa forme…

L’amour va toujours gagner.

Ces romans que je recommande sont d’une authenticité bouleversante. Ils explorent la destinée d’êtres que notre Histoire a stigmatisés et cachés dans les recoins de ses silences honteux.

Merci à ces cœurs qui savent aimer.

1- Appelle-moi par ton nom


Source

J’ai regardé le film avant de lire le livre qui a inspiré cette œuvre nommée aux Oscars. L’adaptation cinématographique m’a tellement charmée que je me suis empressée de me procurer le livre. On retrouve bien l’ambiance de l’Italie forte et intellectuelle des années 1980. Nous suivons l’histoire à travers le personnage d’Elio, jeune homme de dix-sept ans, qui accueille tout l’été Oliver, un invité de ses parents. Dès les premières pages, nous ressentons la confusion des sentiments d’Elio par rapport à Oliver. Ce qui est des plus intéressant avec ce roman, c’est que l’on revit un peu notre propre adolescence. En fait, nous nous retrouvons dans la tête d’un ado de dix-sept ans qui vit sa première vraie histoire d’amour. Nous reconnaissons vite les tentatives de jeux de séduction et leurs pièges. Elio pense beaucoup, tellement qu’il suranalyse chaque action d’Oliver comme nous l’avons tous déjà fait avec un crush amoureux. L’histoire est aussi agrémentée de jeux de mots qui usent d’un humour très intelligent. On se laisse emporter par cette séduction en plein cœur d’une Italie intemporelle.

2- N’essuie jamais de larmes sans gants


Source

Cette histoire se passe elle aussi dans les années 1980. Nous nous retrouvons cette fois au cœur d’une Suède aux prises avec l’éclosion du sida. Les premières pages sont percutantes, tellement que le titre N’essuie jamais de larmes sans gants y prend tout son sens. C’est un roman qui rend heureux malgré l’immense tristesse qu’il fait porter au lecteur. On suit le parcours de Rasmus et de Benjamin. L’un quitte sa région pour vivre pleinement son homosexualité à Stockholm tandis que l’autre doit la découvrir petit à petit en quittant les Témoins de Jéhovah. L’auteur nous expose aux premières perceptions de la maladie, que ce soit par la communauté médicale, les médias, le politique ou le grand public. Il nous invite également dans l’intimité de ses deux personnages, tant dans leur passé que dans la nature de leur relation physique et amoureuse.

Sacré révélation de l’année par l’obtention du Prix des Libraires – Roman hors Québec, ce livre est un bijou de littérature à découvrir!

3- Danish Girl


Source

Tout comme pour Appelle-moi par ton nom, le roman Danish Girl a inspiré le film du même nom sorti en 2015. Si vous n’avez regardé ni l’un ni l’autre, je vous conseille fortement de mettre ça sur votre liste. Inspiré d’une histoire vraie se déroulant à Copenhague en 1925, le roman présente Einar Wegener et Greta Waud, qui forment un couple parfait. Tous deux peintres, ils partagent le même métier avec passion. Un jour, le modèle féminin de Greta n’est pas disponible pour prendre la pause, alors elle demande à son mari de prendre sa place en se nommant Lily. Peu à peu, Lily prend le dessus sur Einar et le couple réalise qu’il s’est toujours senti femme. À l’aube de la montée du nazisme, il a été le premier homme à entamer une opération de changement de sexe aux yeux d’un monde trouble, entre guerre et intolérance.

Ce qui m’a particulièrement émue dans cette histoire, c’est le soutien de sa femme. J’admire l’ouverture d’esprit dont elle a fait preuve à son endroit ainsi que sa tolérance face à son changement de sexe.

Toutes les différences convergent vers un point commun : la tolérance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de