Menu

La trentaine, pas certaine…

J’approche dangereusement de la trentaine, le gros 3-0, la fameuse décennie qui te fait passer de « jeune femme » à « femme » selon les journalistes – vous essayerez de remarquer ça dans les nouvelles, je vous le dis! On dirait que tout le monde s’attend qu’à 30 ans, ta vie soit déjà pas mal bien entamée, ou encore mieux, en voie d’être accomplie. Par accomplie, je pense à tous les clichés : les enfants, la carrière, la bague, la maison, etc.

Quand je regarde dans ma cour, je ne vois pas beaucoup de différences de quand j’avais 20 ans. Je n’ai rien de cette petite vie clichée et tant normalisée par la société. Je suis plus du genre célibataire endurcie, fière maître d’un chat grincheux de 30 livres, pas trop sûre d’où s’en va ma carrière, et j’habite encore en colocation. J’ai même jamais tondu la pelouse ou changé une couche. Je suis encore un livre de recettes à la lettre quand j’ai le courage de prendre le temps de me cuisiner quelque chose qui prendrait plus de 30 minutes – temps de cuisson et d’ingestion inclus.

Je ne suis pas malheureuse pour autant, je crois. Parce que si on regarde de plus près, ces petites familles ont elles aussi leur lot de problèmes et d’inquiétudes. Probablement plus que moi qui viens de se réveiller d’une sieste improvisée en plein milieu de l’après-midi et qui est en train de se verser un bol de Mini Wheats en cherchant ma prochaine série Netflix à bingewatcher. Par contre, il ne faut pas confondre mon flânage occasionnel et de la lâcheté. J’ai aussi beaucoup voyagé, soit pour le travail ou pour le plaisir. Je n’avais rien ni personne qui me retenait d’aller où je voulais aller, ni de faire ce que je voulais faire. On peut dire que j’ai quand même bien profité de ma jeunesse finalement. J’ai appris à mieux me connaître, à vraiment savoir ce que je voulais dans la vie et ce que je ne voulais pas.

Il y a du positif et du négatif peu importe le chemin qu’on décide de prendre. Ça reste que l’arrivée du maudit chiffre 30 me fait peur. Comme si ça voulait dire que là, je n’avais pas le choix d’être un adulte responsable et commencer à travailler sur MA petite vie clichée, avoir une vie plus stable, prendre les GROSSES décisions. Mais je pense bien que je suis prête, que je suis rendue là. Il n’y a pas d’âge pour être prêt, il n’y a pas d’âge pour être décidé à 100 % sur ce que l’on veut dans la vie. Ma résolution de la trentaine? Arrêter de voir mes essais et mes erreurs comme des échecs, mais plutôt comme des expériences qui ont forgé la personne que je suis aujourd’hui. Après tout, ce n’est qu’un chiffre, alors viens t’en Level 30, je t’attends.

Source photo de couverture: Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Une réalisation de