Menu

Le flirt, elle connaît pas ça

Je suis la chum. T’sais, la fille qui a beau mettre une jupe, elle a pas grand-chose de féminin. Elle se maquille pas. Sa définition de «faire ses cheveux», c’est se faire une tresse les cheveux mouillés avant de dormir pour que le lendemain ils soient ondulés. Elle a jamais été ben forte sur le rasoir. Elle maîtrise l’art du shadow eye comme le patinage artistique : pas pantoute.

Elle ne croise jamais ses jambes. Elle mange tout croche, genre quand elle mange du spag, y reste toujours des traces sur son chandail ou sur sa joue, pis elle utilise pas la technique de tourner la fourchette dans la cuillère. Si c’est ta grande chum, elle va péter pis roter devant toi. Personne parle autant de sexe qu’elle. Ça surprend personne quand elle dit qu’elle est féministe ou pas hétéro. Pis elle a du guts en crisse.

Le flirt, elle connaît pas ça. Elle a deux façons de cruiser : te jaser ça comme si vous étiez potes ou tenter de montrer son intérêt pis perdre toute son authenticité. Faque elle choisit la première option, pis tu penses tout le temps qu’est pas intéressée à toi.

Mais elle va être entreprenante. Elle va te le faire sentir, qu’elle t’aime ben. Elle va te faire rire, te féliciter d’être ben nice pis t’inviter à la revoir. Elle va t’écrire en premier et te taguer sur des posts drôles sur Facebook.

Mais tu vas choisir l’autre. Celle qui se maquille, qui rit juste assez mais pas trop à tes jokes, qui va te caresser le bras en réagissant démesurément quand tu lui dis quelque chose de vaguement intéressant, qui va subtilement jouer dans ses cheveux aplatis comme si elle savait pas que c’est cute, qui te contredira pas de la soirée mais qui va se laisser désirer, qui maîtrise la séduction comme une femme fatale. Tu vas choisir l’autre, parce que la chum, elle correspond pas à ce que la société t’a appris à aimer. Parce que la chum, elle dérange, elle agit pas comme les autres, parce qu’elle est one of the boys. Parce que la chum, c’est pas celle à laquelle tu penses quand vient le temps de te demander si tu vas ramener quelqu’un à la maison ce soir ou si t’as envie d’affection.

Je suis la chum. Pis je suis bien dans ma singularité, dans ma façon d’être moi sans me soucier quotidiennement de ce que c’est, être une femme, selon la société. Mais des fois, ça m’fait chier que la société te dise pas d’aimer la chum tout autant que l’autre.

Source photo de couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Une réalisation de