Menu

Ma phobie du vomi

Pour vous introduire de manière plus délicate à ce sujet des plus dégueulasses, je vais vous raconter une petite anecdote qui m’est arrivée lors d’un road trip sur la Côte Ouest américaine, le 12 mars 2014 :

Ce matin-là, nous étions partis de Salem en Oregon en empruntant la Pacific Coast Highway, certainement la plus belle route sur cette Terre, avec des vues imprenables et des paysages à couper le souffle. Après avoir passé la journée derrière le volant, je ne sentais pas la force de faire la dernière heure et demie jusqu’à San Francisco, alors nous nous sommes arrêtées dans une jolie ville nommée Santa Rosa, en Californie. Nous n’avions fait aucune réservation d’hôtel ou quoique ce soit alors on parcourait la ville à la recherche d’un hôtel qui disait « vacancy ». Plus dur à trouver qu’on pensait.

On a finalement atterri dans un Motel 6 au milieu d’un quartier un peu louche. Déjà en montant à notre chambre, on se fait arrêter par nos voisins, deux « gangsters g-unit » qui nous invitent à joindre leur petite fête plus tard ce soir-là. On refuse gentiment l’invitation et on s’enferme dans notre chambre. Durant la nuit, pendant que je dormais paisiblement, j’entends mon amie se lever de son lit, prendre la poubelle, et commencer à vomir.

Ok, c’est là que je t’explique que j’ai une méga phobie du vomi. Eh oui, ça existe! Je suis émétophobe. Mon chum Wikipédia te dirait que l’émétophobie est une peur ou anxiété intense et irrationnelle de vomir, incluant des situations qui causent le vomissement et la peur de voir un autre individu vomir. Et contrairement à ce que j’ai longtemps pensé, je suis loin d’être la seule. C’est une des phobies les plus répandues dans le monde! Bref, retour à ma petite anecdote :

J’essaie de garder mon calme en appuyant le plus fort possible sur mes tympans en chantant des « la la la » pour enterrer le son de mon amie qui vomit. (Je sais, worst friend ever, mais je n’y peux vraiment rien!) Après quelques minutes, j’ose enlever mes doigts de mes oreilles et lui demander « ça va? ». Non. Ça n’allait pas du tout. Ce jour-là, mon amie n’avait pas bu assez d’eau sous le chaud soleil californien. Résultat : coup de chaleur et migraine. Pis mon amie, quand elle est malade, ELLE EST MALADE. Je veux dire, elle HURLE. Alors que je me félicitais intérieurement d’avoir passé cette première épreuve, elle m’a mise à nouveau au défi. Après trois ou quatre autres « burst » de vomissage, mon petit truc des « la la la » ne marchait plus du tout, il fallait que je sorte de la chambre. J’ai alors mis mes beaux joggings, j’ai pris mon cellulaire, mes clés de voiture et je suis sortie. En ouvrant la porte, le plancher de béton est entré en collision avec ma face. Ben oui, j’ai perdu connaissance. Dans le cadre de porte. Avec les fesses à l’air parce que j’avais mal mis mes culottes…

Quand j’ai repris connaissance, c’est les deux « g-unit » qui me fixaient. Soit parce que j’étais étendue inconsciente sur le sol pendant je ne sais trop combien de temps (les fesses à l’air), ou soit parce que mon amie s’époumonait à vomir dans la chambre à côté. « Are you drunk ? » qu’il me demande. J’avoue qu’une fille qui vomit sa vie et l’autre qui est coma dans l’entrée, ça donne une belle image. Je réussis à m’asseoir et lui expliquer la situation. Ils ont l’air de comprendre, mais leurs faces me trouvent encore bizarre.

Bref, j’ai terminé la nuit dans ma voiture en allant voir dans la chambre aux 30 minutes si mon amie était toujours en vie. Tout ça pour dire que la phobie du vomi, c’est quel-que-chose. Mais ce n’est pas JUSTE ça. C’est aussi se planifier des mini plans d’évacuation juste en cas que, ou s’imaginer que chaque situation peut mener à quelqu’un qui est malade. Par exemple, chaque fois que je prends l’avion : si je suis du côté du hublot et que par malchance mon voisin sort son beau petit sac blanc, OPELAYE. J’espère que le passager derrière moi est prêt à m’accueillir sur ses genoux parce que je passe carrément au-dessus du siège, sans même avertir. Je ne suis pas capable de « lifter » quelqu’un qui a mal au cœur, encore moins capable de m’occuper de quelqu’un qui vomit. Entendre, voir, sentir, PAS-CAPABLE. Je crois que j’en ai tellement peur que mon corps est immunisé contre la gastro, et j’en suis très reconnaissante!

Et toi, c’est quoi tes anecdotes et tes plans d’émétophobe?

Source photo de couverture

15 thoughts on “Ma phobie du vomi

  1. I feel you!
    Bien qu’avec les années c’est beaucoup moins pire… Je me suis auto-traité je pense ben. Mais y restera toujours un p’tit fond de maladie mentale, un plan d’evacuation en cas de crise. Un p’tit sac blanc dans l’avion, une sortie de secours dans un lieu bondé, une toilette publique, une bouteille d’eau dans l’auto, tous des bouées de secour, aussi banale que ca puisse paraître.
    C’est bien d’entendre que c’est répandu comme phobie, on se trouve un peu moins folle comme ça.

  2. ohhh que ce texte me parle ! On pense que lorsqu’on est maman, qu’on devient des superwoman pretes a tout pour que nos enfants aillent mieux… meme a dire « je donnerais tout pour etre mal a sa place »…. mais pas moi !!!! quand elles sont malades, j’ai de la misere a m’occuper d’elles, je porte gants et masque, je me lave les mains 1001 fois par jour, je traine le Lysol PARTOUT !! et je tente tant bien que mal de gerer mes crises d’anxiete (avec les exercices de coherence cardiaque ou parfois j’avoue prendre 1/2 Ativan ou 1/2 Gravol), pour egalement essayer de dormir la nuit sinon je suis sur le rush d’adrenaline et je reste sur mon cell assise dans mon lit a la recherche du moindre bruit louche indiquant le prochain Je suis plusieurs jours a me nourrir a peine tellement j’ai peur d’etre malade a mon tour !!

    bref, je me bats chaque jour de ma vie contre cette phobie qui pourrit le quotidien !

    • J’ai 36 ans ,maintenant maman de 2 enfants et Je me suis tellement battue toute ma vie avec cette maudite phobie ! Ça avait prit le contrôle de mon existence , je n’avais jamais bu une goutte d’alcool par peur d’être malade encore moin essayer aucunes drogues ! Je ne voulais pas voyager par peur d’attraper la tourista ou une intoxication quelconque, j’évitais souvent les restos aussi ! Dans les pires moments j’avais même développer un trouble alimentaire ( en secondaire 5 ) parce que j’avais peur de manger et de vomir à l’école ! Je me disais que si je ne mangeais rien je n’aurais rien à vomir 🙁 quand les gens autour de moi avaient la gastro j’étais comme une folle complètement paniquée et apeurée ! Je ne sortais JAMAIS sans des gravols et des axiolitiques et je pouvais même annuler des soirées avec des amies ou arriver en retard au travail si je les avaient oubliés. J’ai fait des thérapies cognitives avec plusieurs psychologues pour essayer de m’en sortir . Un jour mon psychologue m’avait demandé de faire une liste de choses qui étaient pire que vomir . Dans ça il y avait même perdre un membre et se casser une jambe et vomir était toujours pire pour moi 🙁 même si je n’avais vomi que 3 fois dans ma vie …. et il y a 5 ans j’ai beaucoup lu sur le sujet et découvert que l’émetophobie était relié à la peur de la perte de contrôle … peur de ne pas pouvoir contrôler ce qui se passe dans notre corps … ça m’avait beaucoup fait réfléchir et j’ai pu faire des liens avec mon enfance . Par la suite j’ai pris une médication sur une base régulière pour l’anxiété et amorcer une psychothérapie qui a durer environ un an et demie et je peux dire aujourd’hui que je suis presque débarrassée de ma phobie . Je suis capable de m’occuper de mes enfants lorsqu’ils ont la gastro , de prendre un verre de vin , de voyager et de sortir sans maudites gravols ! Quand j’ai mal au ventre ou au cœur je suis aujourd’hui capable de rationaliser ! Ça a été un long parcours qui a beaucoup nuit à ma vie mais je vous le dit avec les bons outils on peut s’en sortir !! Anecdote! J’ai fait une intoxication alimentaire cette année ! J’ai vomi au moin 10 fois de file !! Et savez vous quoi ! J’ai survécu et c’était finalement même pas si pire que ça !! Alors courage et n’attendez pas avant de faire des démarches pour vous en sortir ! Parce que oui ça se traite !

  3. Aujourd’hui j’ai 14 ans et cette phobie m’est apparue lorsque j’avais 8 ans et j’ai jamais réussie à la faire partir. Ça a commencé par une simple indigestion et j’ai regardé l’heure tout de suite après avoir été malade je crois que je m’en rappellerais toute ma vie il était 9h01 et pendant 2 ans environ à chaque fois que j’étais réveillée à cette heure je me suis mise à faire des crises d’angoisses comme si j’allais être malade à chaque fois à cette heure. Quand je me met à stresser, personne ne peut me calmer excepté moi et ça peut être long car dans ma tête vu que j’ai mal au cœur et que je stress parce que j’ai peur d’être malade ça va pas du tout dans ma tête. Dès que mes amies me disent qu’elles ont mal au ventre je leur dit ne pas m’approchée. Présentement je suis quand même calme et fait beaucoup moins de crise mais il suffit juste que je sois malade une fois pour que tout recommence…

  4. Ayoye! Je suis avec vous tous dans cette misère… Mon copain a fait une pierre au rein il y a deux semaines. Pendant qu’il se tord de douleur et que je veux juste l’aider du mieux que je peu, on se rend à l’hopital. Jusque la tout va bien. Mais je dois l’emmener dans une salle en chaise roulante puisqu’il a tellement mal qu’il est pas capable de marcher. Pendant que je le pousse il commence a faire des signe dun gars qui va être malade… oh mon dieu. Avant même de penser ou quoi que ce soit je l’ai POUSSÉ en me mettant en petiye boule les mains sur les oreils…. mais la jme dis ha non il peu pas etre malade à terre ici! Donc je le pousse plus loin a une poubelle et la je m’en vais en courant dans la salle ou l’infirmière me regarde en se demandant en tabarouette se que je fais les mains sur les oreils à laisser mon chum vomir dans une poubelle en plein milieu de corridor d’hopital…. Donc non je n’aurai pas le trophé de la meilleure copine cette année… haha

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2018. Tous droits réservés
Une réalisation de