Menu

Un premier supermarché sans plastique

L’autre jour, en parcourant mon fil d’actualité Facebook, un article a particulièrement attiré mon attention et j’ai voulu en savoir davantage. Même s’il ne s’agissait pas d’un article très récent, il était tout à fait d’actualité. Cet article parlait de l’inauguration du premier supermarché sans plastique Ekoplaza à Amsterdam. Existant depuis près d’une décennie et comptant 74 succursales, Ekoplaza se démarque en étant une chaîne de supermarchés néerlandaise entièrement bio.

C’est en février dernier que cette chaîne a décidé de faire un pas de plus vers la responsabilité sociale et environnementale en ouvrant son tout premier pop-up shop sans plastique, soit l’Ekoplaza Lab. Dans cette version réduite de ses épiceries traditionnelles, on retrouvait plus de 650 produits bio avec des emballages naturels et biodégradables. Bien que ce pop-up shop n’ait duré que deux mois, Ekoplaza a continué de développer sa gamme sans plastique, qui comprend maintenant 1370 produits disponibles dans toutes ses succursales.

Malheureusement, avec une telle innovation écologique vient une bonne dose de scepticisme et de critiques, mais, pour moi, c’était autre chose. Pour moi, c’était plutôt un regain d’espoir, une source d’optimisme et de confiance en l’humanité. Et j’espère seulement que plus de gens vont le voir de cette façon.

Vous le savez autant que moi, notre planète ne va pas bien et on en entend de plus en plus parler. On nous dit qu’il est trop tard pour revenir en arrière, qu’on ne pourra jamais défaire tout le mal qu’on a causé. Et oui, c’est vrai qu’on ne retrouvera jamais toutes les ressources que nous avons surexploitées, mais on peut trouver une façon de mieux vivre avec celles qui nous restent.

Sans être utopiste pour autant, je crois qu’on peut diminuer, voire éliminer, ce qui est mauvais et augmenter ce qui est bon. Une épicerie sans plastique comme Ekoplaza est un bon exemple de ce qu’on peut faire pour améliorer notre sort. Même si ce n’est peut-être pas la solution parfaite, c’est tout de même une nette amélioration, à la fois réaliste et accessible. Je crois que l’important, c’est de participer à cette amélioration autant que possible et, surtout, d’agir rapidement.

Des exemples encore plus près de nous démontrent notre implication dans la préservation de notre environnement. Pensons simplement à l’épicerie zéro déchet La Récolte, qui vient d’ouvrir sa deuxième succursale dans la ville de Québec après à peine deux ans d’existence. Ou encore au comptoir santé La Serre, qui offre des repas bio pour emporter dont les emballages sont entièrement biodégradables.

On parle de cire d’abeille, d’algues, de maïs pour remplacer le plastique et ainsi réduire considérablement notre empreinte écologique. Parce qu’on sait que le plastique est l’une des plus grandes menaces pour notre planète. Parce qu’on sait que recycler n’est plus suffisant, qu’il faut aller plus loin que ça, qu’il faut innover.

Je crois qu’on entre dans une nouvelle ère où l’avenir de l’humanité ne peut se faire sans progrès environnemental; l’innovation écologique est devenue notre ultime chance de survie. Alors, repensons nos façons de faire : améliorons, minimalisons, diminuons, cessons. Gardons en tête que chaque petit effort contribue à notre progrès planétaire et qu’il faut encourager ceux qui agissent et suivre leur exemple.

Source photo de couverture : Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2018. Tous droits réservés
Une réalisation de