Menu

L’angoisse de la trentaine

Je ne sais pas pour vous, mais plus je vois les années passer, plus j’angoisse. J’angoisse de voir que tous mes ami.es, et quand je dis tous mes ami.es, je dis bien TOUS mes amis, sont en couple et ont leur projet de maison, bébé, mariage, voyage et autres.  À chaque fois, je me dis : « et puis moi? Qu’est-ce qui m’attend, moi ? ». Moi aussi, je voudrais bien m’acheter une maison, mais une maison seule, ce ne sont pas les mêmes frais. L’horloge biologique sonne, mais à ce que je sache, un enfant, ça se fait à deux, pas toute seule. Il y a bien l’adoption, option que j’envisage fortement, mais ça aussi, ça prend de l’argent, et on se rappelle que je n’ai toujours pas acheté ma maison.

Et une fois qu’ils auront tous eu leurs enfants, qu’arrivera-t-il des soupers entre ami.es, des soirées de jeux de société? Auront-ils encore lieu, ou tous seront occupés avec leurs enfants? Je sais bien que les enfants seront prioritaires, et je le comprends; si j’en étais là, ce serait la même chose pour moi. Mais que vais-je faire de mes vendredis soir et de mes fins de semaine, si tout le monde est occupé? Je n’ai pas envie de rester seule, je n’ai pas envie de me retrouver à 30 ans à ne rien faire. J’ai peur de ce que l’avenir me réserve, et d’être condamnée à devenir une veille fille; la fille qui sera présente à chacune des fêtes d’enfants de ses amies, la demoiselle d’honneur par excellence à chacun des mariages, mais qui n’aura jamais la chance de vivre ces moments.

Comprenez bien que je n’en veux à personne, j’envie seulement ceux qui ont la chance de vivre en famille, qui ont quelqu’un sur qui compter, peu importe ce qui arrive. J’ai eu une belle vie, j’ai voyagé beaucoup, j’ai vécu plein de belles aventures, j’ai dépassé mes limites. Mon bonheur, maintenant, j’ai envie de le partager, et bien que pour l’instant j’aie des amis en or qui sont présents pour moi, j’ai peur de vieillir seule.  J’ai peur d’être oubliée et de n’être plus qu’un individu qui n’est significatif pour personne.

J’attends désespérément un vent de changement. Celui qui me permettra d’envisager une trentaine comme je la souhaite, entourée de ma famille, et des familles de mes ami.es où nos enfants deviendront à leur tour de grands amis.

Petit vent de changement, je suis là, je t’attends!

Source : Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre