Menu

L’importance de la reconnaissance

Le 31 décembre dernier, j’ai dit que ça allait être mon année.

Comme à tous les 31 décembre auparavant, en riant un peu, sachant très bien que la chance est pas trop de mon côté depuis quelques années. Des échecs, des remises en question, des séparations pis des gros vides ben terrorisants.

Je ne suis pas quelqu’un de sombre. Je suis quelqu’un qui croit à l’équilibre et à la beauté des choses, quelqu’un qui croit que le soleil finit toujours par revenir, peu importe les quantités de pluie, et que l’hiver se terminera, peu importe combien de fois on se pète la gueule sur la glace. Certains carburent à l’amour et à l’eau fraîche… Dans mon cas, je carbure à l’espoir et aux rêves. Donc, tous les ans, je disais les mêmes paroles en espérant fortement que, cette fois-ci, ce serait vrai.

2018 s’est divisée en mois et, au fil de ces derniers, les surprises se sont enchaînées. Des belles surprises. Des beaux « J’aimerais tellement ça que cette situation se produise » qui sont devenus mon quotidien. Et je peine encore à y croire au moment où ces lignes sont écrites.

L’expression « currently livin my best life » a soudainement pris tout son sens et j’ai compris plus que jamais l’importance de toujours croire au meilleur même dans les moments où c’est plutôt le contraire qui nous est offert.

Mon point ici, ce n’est pas de vous parler de ce qui s’est passé pendant cette année, mais plutôt de reconnaissance. Parce que même les bonnes choses viennent avec des leçons et c’est celle que j’ai apprise au fil des saisons.

Parce que chaque fois que je souris dans le vide, je prends le temps de penser à toutes ces fois où j’ai pleuré, seule. Chaque fois que je me sens légère, je prends le temps de reculer à l’époque où je me sentais prisonnière dans un appartement pourri à me battre avec mes propres pensées. Chaque fois que mes amies me laissent partir sur des inspirations, je repense à toutes ces personnes qui m’ont empêchée de m’exprimer, de montrer ce que je valais.

Toutes les fois où j’ai le coeur qui monte jusqu’en haut de la gorge tellement la vie est belle, je repense à tout le chemin parcouru, à tous les efforts construits et à toutes les personnes qui ont été là, peu importe les tempêtes.

Et j’en suis reconnaissante. Tellement. Le coeur gros à aimer la vie, ses coups de théâtre, la bonté de ses humains et le pouvoir donné par la chance de pouvoir recommencer tous les jours.

Il ne faut jamais rien tenir pour acquis. Il faut profiter de tous les instants, à 100 %, tout le temps.

Nous étions au point A, nous nous sommes rendus au point B. Et on dit toujours que la route est souvent la plus belle partie d’une aventure. Le road trip le plus enrichissant, vrai et nécessaire de ma vie, c’était 2018.

Et j’en serai reconnaissante pour toutes les années à venir.

J’ai commencé l’année en disant que 2018 allait être mon année et je la finis en proclamant que 2018 a été mon année.

Comme le dit le poète Neil Hilborn : « Le futur est un ciel bleu et une tinque remplie de gaz.* »

A et B sont réglés, il nous reste à nous arrêter aux haltes routières des 24 autres lettres.

Merci.

* Traduction libre de « The future is a blue sky and a full tank of gas. »

Source photo de couverture : Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de