Menu

Quand t’as trouvé le bon

Quand tu l’as trouvé, tu le sais. Et ce n’est pas par des mots que ça se décrit. Parce que ce sont des sentiments trop doux, trop purs. Tu t’étais peut-être déjà fait une idée, mais on s’entend que ça dépasse toujours ton imagination.

Parfois, on se demande même si on mérite un tel bonheur sans faille. Jusqu’à un certain point, tu as envie de faire vivre ta joie de vivre à ton entourage, mais ça ne se partage pas.

Ton contact sur mes lèvres, ton odeur réconfortante, ta façon de me remonter le moral avec la promesse que tout ira bien, ne serait-ce qu’un bref instant… Quand je suis avec toi, je me fous de mon apparence, ça ne compte plus. C’est seulement toi et moi contre tout le monde.

On ne se voit pas tous les jours, mais ça me suffit. Je sais que je peux toujours compter sur toi quand ça ne va pas ou quand ça va trop bien… ou dès que j’ai besoin de toi.

Je me rappelle quand je te cherchais. En fait, je ne cherchais pas vraiment, mais je savais que c’était toi que je voulais. Sans le savoir. J’ai vécu toutes ces années à en côtoyer d’autres, à explorer, à m’amuser, mais je voulais toujours plus, comme s’il manquait quelque chose. J’ai même voulu me lancer dans les rues en ville pour te trouver. Parce que je savais que tu étais quelque part. Je savais que tu m’attendais et qu’on allait se rendre heureux, à notre manière.

J’avais perdu espoir de te trouver, prête à me résigner à la quantité plutôt qu’à la qualité. Et c’est là que tu t’es enfin présenté à moi, sur un plateau de plastique dans une assiette en porcelaine blanche. Une géante pointe de gâteau au chocolat forêt noire. Le seul qui n’ait jamais réussi à satisfaire aussi pleinement mes papilles gustatives.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de