Menu

Réseaux sociaux et amitiés mystérieuses

Si les réseaux sociaux ont permis une chose encore plus impressionnante que la naissance des influenceurs, c’est cette étrange de façon que nous avons de garder contact avec les autres… et avec notre passé. Rien au monde avant l’avènement des réseaux sociaux ne permettait un tel rapprochement des personnes impliquées dans notre passé, et qui y sont restées.

À tout moment, on voit passer des gens qu’on connait bien, qu’on connait moins bien, qu’on a mis de côté, qui sont partis, qui apparaissent, qu’on a fréquenté, avec qui on a travaillé, qu’on se rappelle vaguement avoir croisé dans une soirée arrosée durant les belles années. Tous ces contacts informels avec ces gens donnent lieu à des situations un peu loufoques, un peu particulières.

Rester en contact dans un rôle passif, un peu stalker, c’est particulier et privilégié à la fois. On se fait une idée assez arrêtée sur des personnes qu’on ne voit presque jamais ou qu’on a plus revues depuis le primaire. En naviguant dans ma liste d’amis, chaque semaine, je peux supprimer 2-3-10 personnes parfois! Leurs actualités ne m’intéressent plus, leurs valeurs ne s’accordent plus aux miennes (du moins, selon ce que Facebook me présente). Pourtant, la vérité est que je ne connais rien de ces personnes, ne serait-ce que leur dernier post Facebook qui m’a un peu agacée.

D’autres fois, c’est complètement l’opposé. Je revois un visage fantôme apparaître, je clique sur le profil, je m’y perds de longues minutes. La fille avec qui j’étais amie au primaire, que j’ai perdue depuis et que je stalke ponctuellement depuis semble heureuse, à sa place; exactement là où je l’aurais imaginée y’a de ça plus de 15 ans. J’suis heureuse pour elle, fière. Je lui écris. On reprend contact, tranquillement comme ça, et finalement de plus en plus, un bel endroit où se motiver, se donner une tape sur l’épaule occasionnellement, s’échanger des réflexions de temps à autre. Une belle place publique où défendre des intérêts communs.

Les réseaux sociaux ont cette étrange manière de rapprocher les gens éloignés, et d’éloigner les gens proches. Une folle course d’attraction qui met une distance entre les uns, pour supprimer celle existant entre les autres. Des retrouvailles parfois réconfortantes, parfois déchirantes. Des « what if », des saluts inattendus et puis, finalement, on se retrouve tous les jeudis autour d’un café, on bâtit quelque chose d’assez insolite.

Quand on pense à ça, on pense souvent au stalkage excessif de son ex, mais il y a bien plus. Du positif peut vraiment émerger des réseaux!

La marge entre friend et unfriend est si mince qu’on l’oublie parfois. Ce simple concept a le pouvoir de nous ouvrir à plus, et moins à la fois. Positif, négatif? On le sait, les réseaux sociaux ont ces deux pouvoirs. On le sait, mais on adore tout autant qu’on déteste.

Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2018. Tous droits réservés
Une réalisation de