Menu

Voir le bon dans les gens

« Bitcher. » Chialer. Se moquer. Ridiculiser. Dramatiser.

C’est tellement facile. Facile et parfois soulageant.

Ventiler proactivement. J’appelle ça de même. Ça sonne bien.

J’aime m’accorder des 2 minutes de chialage en me promettant d’ensuite passer à autre chose.

Mais tout ça c’est lâche. Triste et lâche.

C’est accorder de l’attention à ce qui nous crée de la frustration avec l’excitation et la fougue qui devraient desservir une cause plus noble.

La paix genre?

La paix, l’amour, la joie dans nos cœurs… à ta guise.

Tant que c’est le genre de motivation qui va mettre de la lumière dans tes yeux.

Te rallumer par en-dedans. Pas juste refléter faiblement sur nos pupilles comme le font nos écrans.

Le genre d’illumination qui inspire le bonheur. Comme des lumières de Noël enroulées autour d’un palmier au Mexique.

De quoi vouloir fêter à l’année. De quoi avoir envie de changer.

De quoi voir le bon dans les gens.

Le bon côté de l’erreur humaine.

La résilience et la force de nos tragédies.

Le « fuck yeah » au lieu du « fuck off ».

La magie dans le froid blanc.

Le matin de tempête où tu peux dormir.

Les excuses et le pardon.

La qualité qui surplombe ses défauts.

Le compliment qui t’a fait rougir.

La beauté du malaise quand quelqu’un te tient la porte pour la deuxième fois et que tu dois redire merci.

Les efforts des uns et l’amélioration des autres.

Les gens avec qui tu peux discuter.

Les gens qui changent d’idées.

Tous ceux qui traînent leurs pailles réutilisables et qui n’emballeront pas leurs cadeaux.

La personne qui partage toujours des memes hilarants.

Chris Hemsworth.

L’espoir.

Les survivants.

Ceux qui vont aider les survivants.

Les histoires de couples qui finissent bien.

Les histoires de couple qui finissent. Et c’est bien comme ça.

L’histoire rocambolesque, mais divertissante qui accompagne le retard de ta collègue.

Un fou rire partagé.

Ceux qui finissent leurs études.

Ceux qui décident que les études c’est fini.

La route qui se séparent en petits chemins.

Les chemins qui se rencontrent.

Les gens inspirants.

Les femmes inspirantes.

Malala Yousafzai.

La personne dans l’autobus qui jase avec son voisin.

Le vieux monsieur dans l’autobus qui, accoté sur sa canne, jase.

L’ado qui va céder son siège en souriant.

Le chauffeur qui va t’attendre, il t’a vu courir ta vie.

Ta vie qui est plus belle que tu ne le vois.

La chance que t’as. La chance qu’on a.

Le bon en dedans de toi pis moi.

Par Aïcha Bastien N’diaye

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2018. Tous droits réservés
Une réalisation de