Menu

Redéfinir l’amour à tes côtés

L’amour était pour moi une catastrophe naturelle. Une tornade qui m’arrachait le cœur.

Il ne m’avait jamais fait du bien. Il me faisait peur. T’sais, la classique fille qui tombe toujours sur les mauvais gars. Le genre de fille qui donne tout pis qui se fait piétiner en échange. Je savais même pas si mon cœur était encore fonctionnel.

Pis toi, t’es arrivé avec ta longue chevelure dorée pis ton allure de prince charmant de Disney.

Puis ça s’est fait tout seul. C’était simple. Avec toi, c’est doux. Le tsunami a laissé place à de belles vagues où on surfe comme des professionnels, comme si on avait toujours fait ça ensemble.

Mais c’est pas plate. C’est tout sauf plate. C’est beau, c’est sain, c’est magique. Ça me fait tellement du bien. Ça me recolle les entrailles brisées. Ça me réchauffe l’intérieur juste quand tu me regardes avec tes yeux bleus-mer. T’es spécial. C’est spécial; toi, moi, nous ensemble.

Tu me donnes le goût d’être quétaine (genre t’acheter une brosse a dents), tu me donnes le goût de crier sur le top d’une montagne comment j’t’aime, tu me donnes le goût de te serrer fort, trop fort, pour que tu partes jamais. J’ai un poing dans le chest à penser que tu sois plus là.

C’est cave comment tu me donnes le goût d’avoir confiance en l’avenir. On parle au nous, pis ça me fait même pas peur. Tu me donnes le goût de planifier des projets (pis qu’on les fasse pour vrai). Tu me donnes (quasiment) le goût de faire un scrapbooking de tout ce qu’on va vivre. Parce que j’ai la profonde conviction qu’on va en vivre en maudit, des affaires ensemble.

Tu me fais voir l’amour d’une autre façon. Chaque fois qu’on aime, l’amour change, l’amour évolue. Chaque fois, l’amour me faisait plus mal. Chaque fois, je cassais un peu plus.

Mais avec toi, l’amour a fleuri. Avec toi, l’amour est rendu plus beau que dans The Notebook.

Chaque fois qu’on aime, on redéfinit l’amour. Pis aujourd’hui, je réalise que j’ai peut-être jamais vraiment aimé. Peut-être qu’aujourd’hui, je redéfinis l’amour, une bonne fois pour toute. Peut-être qu’avec toi, ma définition de l’amour ne pourra plus jamais s’améliorer. Peut-être que j’ai trouvé l’amour à son paradoxe.

Je me sens niaiseuse de tripper de même. Je sais même pas comment tu te sens. Mais si tu prenais la chance de m’aimer juste un petit peu, je te promets que je prendrais trop soin de ton cœur-plus-fragile-que-ce-que-tu-laisses-paraître pis que ce serait tout sauf décevant. Je te promets que tout ce qui nous faudrait pour être heureux, c’est une tente pis des étoiles (pis aussi peut-être des S’mores). Parce que c’est ça qui est beau avec toi; j’ai rien besoin d’autre.

J’ai l’impression que tous les éléments de ma vie étaient alignés pour que t’arrives comme ça, un vendredi soir pluvieux du mois de septembre pour tout faire bousculer. Sans le savoir, t’allais entrer pis me chambouler en 2 secondes et quart. Ça, c’est le temps que ç’a pris pour que je me dise que t’étais sûrement mon âme sœur (voyons Sarah, t’es pas supposée croire à ces affaires-là).

Tu me donnes le goût de redonner une chance à l’amour pis d’y croire. Tu me donnes le goût d’être bien avec toi pour un méchant bout (au moins le temps de faire le tour du monde pis d’avoir 6 bébés).

Par Sarah Prud’homme

Source photo de couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de