Menu

Guide de survie à l’approche des festivités

Je ne sais pas à quoi ça ressemble de ton côté, mais ici, le mois de décembre file à toute allure. Il doit me rester quelque chose comme trois soirées de libres d’ici au 25 décembre; j’ai juste à ouvrir mon agenda pour être essoufflée.

Parce que je tiens à toi, voici quelques recommandations qui t’aideront à passer au travers cette saison de festivités.

#1. La gastro et autres microbes, chez toi tu laisseras

À chaque année, y’a cette personne qui se pointe aux festivités et qui lance un « J’ai vomi 7-8 fois aujourd’hui, je sais pas ce que j’ai, c’est peut-être une intoxication alimentaire », ou encore « J’ai pogné une solide grippe, j’ai été sur le cul pendant 5-6 jours, mais tantôt je me sentais pas pire, fait que je me suis dit que je viendrais faire un tour ». Non. NON, ce n’est pas une intoxication alimentaire et non, tu ne sens pas suffisamment mieux pour te pointer au party. Si cette personne, c’est toi, je t’en prie, ne prends pas le risque de contaminer toute la parenté. Dis-toi que ça vous donnera une belle occasion de vous rassembler de nouveau plus tard dans l’année. Si cette personne est l’une de tes proches, tu as le droit de refuser de lui serrer la main ou de l’embrasser. Elle se sentira probablement insultée, mais eh!, tu dois mettre toutes les chances de ton côté pour terminer ton marathon des fêtes en bonne santé.

#2. La polémique, tu éviteras

On le sait, certains sujets sont à éviter : la politique, l’argent, le sexe, la religion. À cette liste, j’ajouterais : l’immigration et le féminisme. Dans les derniers temps, c’est arrivé beaucoup trop souvent que je participe à un souper où jaillit la phrase : « En tout cas, Lépine, y’avait raison. Elles avaient pas d’affaire à aller là pis à étudier en ingénierie ». Out of the blue, je te jure que ça déstabilise. J’ose croire que c’est dit dans le seul et unique but de faire réagir la féministe de service que je suis devenue et j’avoue que je ne sais plus comment expliquer que je ne trouve pas ça drôle qu’on fasse des blagues sur des hommes qui fusillent des femmes parce qu’elles sont des femmes. Donc, pour préserver ta santé mentale et éventuellement, l’amour qui t’unit au polémiste, je t’invite à prendre trois grandes respirations, à serrer les dents et à refuser le combat lorsque tu entendras un commentaire déplaisant et qui ira à l’encontre de tes valeurs. Anyway, rien de constructif ne pourrait ressortir de cette discussion.

#3. De tes affaires, tu te mêleras

Avoue qu’on haït ça quand matante Claudette nous donne son avis sur notre célibat, quand mononcle Jean-Paul passe un commentaire sur notre poids ou quand la cousine Catherine nous prodigue ses conseils sur l’éducation de nos enfants. Toujours dans l’optique de protéger l’amour qui vous unit, prends trois grandes respirations et… laisse tomber. Dans le même ordre d’idée, si ta grand-tante se pointe avec une coupe de cheveux, disons, « originale », ou si le nouveau chum de ta meilleure amie danse comme s’il n’y avait pas de lendemain, rappelle-toi que personne n’aime se faire juger.

#4. Le tri dans tes relations, tu te permettras

D’un Noël à l’autre, on se rend souvent dans les mêmes fêtes, avec les mêmes gens. Cette année, prend un moment pour réfléchir à tes traditions. Honnêtement, ça ne vaut pas la peine de te faire chier pendant trois heures à essayer de te demander quel est le délai raisonnable à respecter avant de pouvoir sacrer ton camp. Assure-toi de passer ce temps avec des gens que tu aimes, que tu respectes et qui te font du bien.

#5. Avec modération tu boiras, ou en conséquence, tes déplacements tu planifieras

Le dernier, mais non le moindre. Je n’en reviens toujours pas qu’on puisse encore banaliser la conduite en état d’ébriété. C’est pourtant si simple de prévoir :

  1. un conducteur désigné (fiable, de préférence)
  2. un taxi
  3. un service de raccompagnement (Nez Rouge, Tolérance Zéro, etc.)

C’est pas comme si on manquait d’options. Dans le feu de l’action, si tu hésites et que tu te demandes si tu es en état de prendre le volant, j’ai un truc pour toi : 2-3 shooters de plus pis c’est réglé. Laisse tes clés dans tes poches et rentre à la maison en toute sécurité.

Joyeux temps des fêtes! Paix et amour!

Source photo de couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de