Menu

Être un mauvais client

Pour toi, vendeuse de souliers ou de vêtements bon marché;
Pour toi, serveur de la pizzeria du coin ou du café de quartier;
Commis de pharmacie, gérant de magasin, prof du primaire, responsable des ressources humaines d’une multinationale, caissier de dépanneur, réceptionniste d’une shop de tattoo, name it.

J’ai envie qu’on se défoule en gang!

Travailleurs du public, gestionnaires d’humains insupportables, aujourd’hui on parle de CE client-là, le mauvais client; le client qui crie et qui sacre, qui hurle et qui crache, qui juge et qui attaque.

On se fait dire que le client a toujours raison, qu’il faut toujours rester polis, et que « ben t’avais juste à ne pas travailler dans le public si tu ne voulais pas dealer avec du monde ». Faux! Les gens méritent de se faire répondre de la façon qu’ils nous traitent. Je ne suis pas ici pour être ta servante et me plier à tes quatre volontés, je suis ici pour t’aider ou t’offrir un service. Je ne suis pas ton chien parce que tu payes, mon grand!

Cependant, je le sais que des fois, le service qu’on reçoit, c’est de la marde, que les employés peuvent être frustrés et bêtes, mais ça, c’est un autre sujet. Après avoir sondé quelques-uns de mes confrères et consœurs du public, j’ai pu élaborer ici la ligne de conduite pour être un mauvais client (enfin !), juste à temps pour le temps des Fêtes.

Dans un restau ou un bar

-Le mauvais client au restaurant s’installera sur son cellulaire, bien évaché sur la table, sans bouger lorsque la serveuse essaiera de le contourner pour déposer sur la table nourriture et breuvages.

-Lorsqu’il ira manger au centre-ville, il chialera à l’accueil que le restaurant n’offre pas de stationnement. « Pourquoi je dois payer du parcomètre pour venir manger icitte? » est une bonne réponse lorsqu’on vous salue.

-Le mauvais client se doit d’aller manger au restau cinq minutes avant la fermeture. En extra, vous pouvez siroter votre verre de vin pendant 2h.

-Vous êtes en groupe : immédiatement après avoir commandé votre bouffe, changez de place autour de la table. Délectez-vous du regard du serveur mêlé qui essaie de retrouver son client 3!

– Le mauvais client qui mange sur une terrasse chialera que ladite terrasse est infestée de mouches. « Comment osez-vous laisser des mouches s’approcher de ma nourriture alors que je mange dehors? » est la bonne chose à dire lorsqu’on vous demande si vous appréciez votre repas.

-Le mauvais client se doit de faire une scène lorsque, malheureusement, en ce vendredi soir, on lui annonce qu’il n’y a pas de place pour son groupe de huit personnes sans réservation.

-Lorsque le mauvais client approche l’état d’ébriété, il devrait toujours essayer de frencher sa serveuse et faire des commentaires sur son apparence physique.

Dans une boutique de vêtements ou de souliers

-Le mauvais client demandera toujours si la « p’tite vendeuse » est en solde elle aussi.

-Le mauvais client flirtera avec la vendeuse devant sa douce moitié. « Retourne dans la cabine d’essayage, je suis en bonne compagnie là » est une bonne façon de rendre un employé vraiment à l’aise.

-Il engueulera l’employé lorsque que sa pointure ou sa grandeur de vêtement ne sont pas disponibles. Traiter le pauvre employé, qui clairement contrôle la disponibilité des produits, « d’esti d’incompétent » vous donne un bonus de 27 points.

-Le mauvais client criera après la caissière lorsque celle-ci refusera de rembourser le sous-vêtement qu’il a acheté deux mois auparavant, alors que c’est écrit partout dans le magasin « AUCUN REMBOURSEMENT!!! ». Décâlisser le présentoir sur la caisse avant de partir est une bonne façon de clore la discussion.

-Le mauvais clients doit, à l’occasion, exiger au téléphone, qu’on lui garde la boutique ouverte 30 minutes de plus, le temps qu’il arrive (…).

Dans un établissement de service public quelconque

-Le mauvais humain jugera la compétence de la personne devant lui selon son âge.

Par exemple, rappelez au professeur de vos enfants que s’ils vous semblent trop jeunes, ils doivent être incompétents.

-S’il part en voyage, mais qu’il ne s’enregistre pas à son vol une heure à l’avance tel qu’explicitement exigé, il insultera personnellement l’employé. Maudire les trois prochaines générations d’enfants dudit employé l’aidera probablement à monter à bord de son vol.

-Le mauvais client rappellera toujours agressivement qu’il est roi et que l’on doit satisfaire ses attentes, car sinon il pourrait aller voir ailleurs (ça, ça me rappelle des ex, LOL).

Personne n’est parfait, et des fois, le fonctionnement de certains commerces laisse vraiment à désirer. Cela dit, EN GÉNÉRAL, l’employé devant vous… ben c’est un employé, criss. C’est pas lui qui décide, c’est pas lui qui gère; il fait juste ce que lui demande son boss, fek du calme, le client!

Pour certains d’entre nous, le service à la clientèle est un métier, une profession et une passion. Aidez-nous à garder ça comme ça.

P.-S. Les genres sont utilisés aléatoirement en fonction du contexte de l’anecdote et (possiblement) de la personne ayant vécu celle-ci. Il n’y a aucune intention de renforcer les stéréotypes genrés liés à des professions spécifiques.

Source photo de couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre