Menu

Lettre à toi, cher célibat

Cher célibat,

Il y a de cela 1 an et demi, jamais je n’aurais cru que t’étais sur le point de te pointer. J’étais loin de me douter que du revers de la main, t’allais tout envoyer promener. Longtemps, je t’ai vu comme un échec : l’échec de cette vie à deux qui m’a enlevé une famille, des rêves, un chez-moi et tout l’avenir que j’avais envisagé aux côtés de celui avec qui j’étais.

Cher célibat,

Tu m’as fait ressentir la honte comme je ne l’avais jamais ressentie auparavant. J’avais si honte d’avouer que l’homme que j’aimais n’avait même pas daigné essayer de réparer. Que je n’étais pas assez pour essayer encore. Que nos 5 ans ne valaient pas le coup de travailler à deux. Pis que moi, de mon côté, à bout souffle, je n’avais pas plus essayé. Les premières semaines, je les ai trouvées dures. Je pleurais la perte, le désespoir et la peur de ne plus être assez pour personne. Le deuil allait se faire, fallait juste lui laisser le temps. Je me suis étourdie à grand coup de projets et de nouvelles rencontres. Puis, les mois ont passé. J’y pensais de moins en moins, voire plus du tout.

femme seule hiver célibataire
Source

Cher célibat,

Aujourd’hui, je te vois d’un autre œil. Je vois tout ce que tu m’as apporté durant cette dernière année. Je croyais à tort que tu étais là pour m’enlever ma vie, mais en fait, tu faisais exactement le contraire. Tu me la remettais entre les mains. J’irais jusqu’à dire que tu me la remettais en pleine face. Les décisions sur mon avenir, sur l’endroit où j’ai envie de vivre, sur ce que je mange pour souper ou sur ce que je ferai de mon été sont toutes des choses qui m’appartiennent maintenant. À cause de toi, j’ai vécu tellement plus, j’ai vécu tellement mieux avec moi-même. Tu as été le coup de pied au cul dont j’avais besoin pour recommencer à écrire. Tu m’as permis de prendre le risque de partir en voyage et de me redécouvrir de toutes les façons possibles. J’ai fait des rencontres exceptionnelles et j’ai réappris à aimer. J’ai compris que j’étais assez et que je n’avais pas besoin d’être autrement pour une autre personne. Qu’il me suffisait d’être moi.

fleurs mauves
Source

Cher célibat,

On en a fait du chemin ensemble depuis un an. Je ne sais pas si l’homme d’il y a un an me lit ni même s’il sait que j’avais cette passion pour l’écriture. Je me rends compte à quel point on se connaissait mal, que je me connaissais mal. Oui, parfois, il m’arrive encore de pleurer en écoutant les paroles des Sœurs Boulay, de dramatiser et de me dire que je finirai ma vie toute seule avec mon chat et mes plantes vertes. Mais c’est correct : mon chat est de très bonne compagnie et mes plantes m’obstinent très rarement. Tu sais quoi, célibat, j’ai appris à t’apprécier et j’apprends encore.

Source photo couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de