Menu

À toi qui penses trop

À toi qui penses trop ou qui ne sais plus où donner de la tête. À toi qui te poses trop de questions ou qui te remets souvent en question. À toi qui sembles toujours manquer de temps pour tout faire ou tout voir. À toi qui ne peux t’empêcher de suranalyser par peur d’avoir manqué quelque chose d’important. À toi qui ressens couramment une sorte d’insatisfaction qui ne s’explique pas vraiment. À toi qui as parfois l’impression d’être déchiré.e entre la raison et l’émotion quand tu voudrais pourtant qu’elles travaillent de concert.

Sache que tu n’es pas seul.e et que tu n’as rien d’anormal. Même si t’as parfois l’impression de devenir fou ou folle à force de trop penser, souviens-toi qu’il n’y a que les fous qui ne changent pas d’idée. Je sais que, des fois, t’aimerais ça que ce soit simple, mais ce n’est pas de ta faute si l’être humain est complexe. Et c’est de cette complexité d’esprit que tu nourris ta créativité, ton intellect et ton ingéniosité. Alors, s’il te plaît, n’arrête pas de trop penser, de trop analyser et de trop questionner. N’arrête pas de viser la perfection et de vouloir te contenter de mieux. Parce que même si ce n’est pas toujours facile, on a besoin de monde comme toi dans la vie.

Du monde qui veut changer le monde, mais qui ne sait peut-être juste pas par où commencer. Du monde qui veut que les choses avancent et s’améliorent, mais qui se perd parfois dans ses idées. Du monde qui pense qualité plutôt que quantité, mais qui se fait souvent mettre des bâtons dans les roues. Du monde qui voit loin au travers des petits détails en chemin. Du monde qui ressent, qui comprend et qui porte facilement le fardeau des autres. Du monde qui se met un peu trop de poids sur les épaules pour tenter d’alléger le poids d’autrui.

Et avec ce poids vient une bonne dose de stress, d’angoisses et de doutes qui peuvent devenir difficiles à gérer. Alors, en tant qu’adepte du « overthinking », je te propose quelques trucs pour t’aider quand tu te sens dépassé.e par tes pensées.

1- Prends ton temps

Vas-y une chose à la fois. Ça sert à rien de sauter d’une idée à l’autre sans avoir bien réglé chacune d’entre elles dans ta tête. Ça peut aussi aider de te faire une liste du genre « pour et contre » pour bien saisir ta pensée et prendre une décision plus éclairée.

2- Choisis tes combats

Il y a des choses plus pressantes ou plus importantes que d’autres, alors priorise celles-là avant tout. Même que, des fois, ça vaut juste pas la peine d’y penser, alors ne t’en fais pas avec ça et passe à autre chose. C’est souvent en lâchant prise sur le négatif et en se concentrant sur le positif qu’on réussit à accomplir plus.

3- Respire et parle-toi

Quand tu sens la panique t’envahir, prends-toi un petit 2 minutes pour te concentrer juste sur ta respiration. Une fois que tu te sentiras plus calme, parle-toi et dis-toi que ça va bien aller.

4- Change-toi les idées

Quand t’es trop dans ta tête et que tu feel pas, fais quelque chose pour t’occuper ou juste pour évacuer le trop-plein. Va faire une longue marche, fais le ménage de ta garde-robe, danse dans ton salon, lis un livre, fais du bricolage… Qu’importe! C’est parfois en faisant quelque chose de très simple qu’on arrive à voir plus clair dans nos idées.

5- Parles-en

Même si c’est pas toujours évident de mettre des mots sur nos pensées, ça peut vraiment faire du bien d’en parler. Tu peux même l’écrire, si c’est plus facile pour toi, mais ne garde surtout pas ça en dedans.

En espérant que tu arrives à penser mieux, sans pour autant penser moins. Parce qu’on t’aime de même!

Source photo de couverture : Unsplash

2 thoughts on “À toi qui penses trop

  1. Waaaw merci pour cet article, je me reconnais tellement la dedans, c’est moi tout craché !
    Merci pour ces conseils, ça fait du bien de voir qu’il y en a d’autres dans ce cas là ! 😉
    David

  2. Wouah! Toi qui penses trop…..un bon texte ou vraiment je me reconnais avec mes pensées. Depuis 2004, bipolaire. La vie pas toujours facile, j’ai travaillé 20hres semaine dans un organisme en SM. J’ai évoluée, j’ai appris, j’ai compris, j’ai cherché, j’ai tombé, je me suis relevée et je continue à apprendre à m’aimer.
    Mais je conserve ce texte, pcq je veux m’y référer au quotidien.
    Merci beaucoup.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de