Menu

La poésie 2.0

La poésie a souvent la réputation d’être un genre difficile. Des mots démodés, à l’eau de rose, pour les jeunes filles à l’âme tendre. Des phrases torturées, assemblées en bouquet de Fleurs du mal. Ou des lignes hermétiques que seuls les « artistes » (prononcer en levant le petit doigt) savent apprécier. Rares sont les gens qui clament ouvertement leur amour de la poésie. C’est plutôt quelque chose qu’on garde pour soi, un plaisir coupable. Pourtant, depuis quelque temps, la poésie gagne en popularité grâce à un allié inattendu : Instagram.

Le phénomène Rupi Kaur

Une couverture noire et deux abeilles de fins traits blancs tracées. En gage de qualité, la mention « #1 New York Times Bestseller ». En ouvrant le livre, on est étonné de découvrir non pas les paragraphes continus d’un roman, mais de petits ilots de mots, pressés ensemble pour se garder au chaud. Dans nos mains, le premier recueil de Rupi Kaur intitulé Milk and Honey.

L’écrivaine canadienne de 25 ans originaire de l’Inde est devenue une référence en matière d’Instapoètes. Elle s’est fait connaître grâce à ses textes courts et poignants souvent accompagnés de petits dessins comme griffonnés dans les marges d’un journal intime. Son style et son authenticité avaient déjà charmé des centaines de milliers d’abonnés avant même qu’elle ne soit publiée. Son succès l’encourage à écrire son recueil, qu’elle produira à compte d’auteure avant de signer avec la maison d’édition Andrews McMeel Publishing. Le résultat est étonnant : Milk and Honey se vend à plus de 1,5 million d’exemplaires et reste pas moins de 77 mois dans la liste des meilleurs vendeurs du New York Times. Aujourd’hui, avec deux recueils à son actif en plus d’un troisième en préparation, Rupi Kaur est suivie par 3,4 millions d’abonnés Instagram! Impopulaire, la poésie?

poésie popularité rupi kaur instagram
Crédit photo: Fauve Jutras

Kaur n’est pas la seule poète à avoir su conquérir les médias sociaux. Nommons aussi Yrsa Daley-Ward (151 000 abonnés), Tyler Knott Gregson (357 000) et Lang Leav (490 000). Ces jeunes écrivains ont su remettre la poésie au goût du jour. Peut-être y a-t-il aussi quelque chose dans la forme poétique qui s’inscrit dans l’air du temps. Des lignes brèves qui se consomment rapidement. Une expérience personnelle qui trouve écho dans la vie des lecteurs. Un « je » affirmé placé sous les projecteurs ou de petites pensées, croquées sur le vif, à mettre sur son profil. Quelle qu’en soit la raison, le retour de la poésie sur Instagram permet de mettre en valeur un genre qui reste trop souvent dans l’ombre.

Fait à noter : bien que le phénomène prenne de l’ampleur chez les poètes anglophones, il demeure assez peu répandu chez leurs homologues français. Alors, à vos claviers!

Crédit photo: Fauve Jutras

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de